Promis, les clubs français vont jouer la Ligue Europa à fond

4 contributions
Publié le 19 septembre 2012.

FOOTBALL - Avec Bordeaux, Marseille et Lyon, la France va peut-être se réconcilier avec l’autre Coupe d'Europe cette saison...

Le football français n’aime pas la Ligue Europa et elle lui rend bien. Coupe des villes de foires, Coupe UEFA jusqu’en 2009, les noms passent, le palmarès reste lui toujours vierge. Pire encore, les clubs de Ligue1 donnent l’impression de traîner les crampons pour disputer cette «petite» Coupe d’Europe, trop longue et pas assez lucrative à leur goût. Les résultats parlent d’eux-mêmes. Pas un club en quart de finale depuis Paris et Marseille en 2009. Et voilà comme le Portugal (capable d’envoyer Braga et son budget de  Ligue 2 Ligue en finale en 2011) vous pique votre cinquième place à l’indice UEFA.

Mais cette fois c’est promis, la France envoie un trio motivé avec Marseille, Bordeaux et Lyon. Soit les trois clubs ayant accumulés le plus de rencontres européennes.  Après le tirage au sort de la phase de poules (qui débute jeudi), Jean-Michel Aulas a même osé parler «d’aller au bout» pour son OL et «et les deux autres grands clubs français». Fort de son bail décennal en Ligue des champions, Lyon dispose de l’expérience et des moyens pour au moins passer l’hiver. «Nous voulons aller le plus loin possible, mais dans un premier temps, il faut sortir des poules», prévient Aulas.

Bordeaux montre l’exemple

Reste que la Ligue1 trotte toujours dans un coin des cerveaux. En début de saison,  Vincent Labrune a bien précisé qu’en tant que président «l’objectif prioritaire de l’OM était le championnat». Le championnat, ce pain quotidien qui nourrit les clubs à travers la redistribution des droits télés. Les joueurs, eux, servent le discours habituel. Celui du «compétiteur» pour lequel toutes les épreuves méritent d’être respectées. «On prendra les matchs au sérieux», annonce le Marseillais Nicolas N’koulou. Ca permettra aussi de donner du temps de jeu à certains joueurs.» Et donc de ménager les titulaires du dimanche le jeudi soir.  «Moi, j'ai envie de jouer tous les matchs, mais c'est le coach qui voit», se défausse un autre titulaire marseillais, Charles Kaboré.

Voyager loin en Europe sans se griller en championnat, le dilemme est bien connu. Après tout est une question de priorité et de choix. L’entraîneur des Girondins de Bordeaux, Francis Gillot, a bien osé laisser certains de ses cadres au repos pour un déplacement à Paris pour mieux préparer le barrage retour contre l’Etoile Rouge de Belgrade. Le message a bien été compris par ses joueurs à l’image de Ludovic Obraniak. L’international polonais sait que son équipe sera jugée sur ses résultats et rien que sur ses résultats. «On aura beau dire qu’on a joué la Ligue Europa à fond, si on finit quatrième de la poule, on va forcément dire qu’on a laissé de côté cette compétition.» A force, on a appris à se méfier des promesses de septembre des clubs français.

Alexandre Pedro (avec locales)
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 PSG 79 33m +55
2 Monaco 69 33m +27
3 Lille 63 33m +18
4 Saint-Etienne 56 33m +15
5 Lyon 54 33m +11

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr