Tour d'Espagne: Alberto Contador voit rouge

3 contributions
Publié le 5 septembre 2012.

CYCLISME - Parti de loin lors de la 17e étape, l'Espagnol a repris à Rodriguez le maillot rouge de leader à quatre jours de l'arrivée...

La vingt-deuxième attaque était donc la bonne. A force d’enchaîner les offensives, même sans trop y croire, Alberto Contador est parvenu à ses fins en faisant craquer Joaquim Rodriguez à quatre jours de l’arrivée de cette Vuelta. Sur les routes escarpées de Fuenté Dé, le revenant qui promettait de «tout donner» pour reprendre ses 28 secondes à «Purito», a chipé à son rival le maillot rouge en remportant sa première victoire d’étape. Son premier succès depuis son retour de suspension.

En larmes, celui qui devance désormais Valverde de 1’52 et Rodriguez de 2’28 au général savourait son coup de force, juste après avoir franchi la ligne d’arrivée. «Terminer deuxième, c’était bien mais je suis venu ici pour gagner. Je voudrais dédier cette victoire à tous les gens derrière moi pendant ces moments compliqués. Ma famille, mes amis et tous ceux qui m’ont soutenu pendant la Vuelta.» De ce côté-là, le Pistolero avait déjà remporté son combat. Au bord des routes, ses attaques cadencées enchantent le public local, qui ne semble pas lui tenir rigueur de son contrôle positif au Clenbutérol.

Pas assez de compétition dans les jambes

Après six mois de mise au ban, le leader de Saxo Bank a donc réussi son opération de réhabilitation. «Il y a beaucoup de monde autour de lui, on le voit au départ. Rodriguez est moins supporté. Contador c’est un coureur de panache, il a toujours cette giclette, c’est ce que les gens aiment», confirme Benoît Vaugrenard, relégué à plus de deux heures au général. Le coureur de la FDJ n’est d’ailleurs pas très étonné par le retour en grâce de l’Espagnol, après six mois d’arrêt forcé. «J’ai vu des coureurs arrêter deux ans et gagner dès leur retour comme Basso ou Pelizzotti. Alors six mois, ça ne me surprend pas.» Il pourrait pourtant manquer de rythme ou de puissance», comme l’explique Julien Jurdie, le directeur sportif d’Ag2r sur la Vuelta. «Le meilleur des entraînements ne remplace pas les efforts en course». Mais le panache et la fraîcheur semblent aussi très utiles pour lever les bras.

Romain Scotto
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr