Le Portugais Cristiano Ronaldo à la lutte pour récupérer un ballon face à Grenade, le 2 septembre 2012 à Madrid.
Le Portugais Cristiano Ronaldo à la lutte pour récupérer un ballon face à Grenade, le 2 septembre 2012 à Madrid. - A.Kudacki/SIPA

Julien Laloye

Cela n’a échappé à personne. Pourtant auteur d’un doublé lors de la première victoire de la saison du Real Madrid face à Grenade 3-0 dimanche, Cristiano Ronaldo a préféré bouder comme un enfant privé de dessert plutôt que de célébrer ses buts avec ses coéquipiers. Avant de convoquer une conférence de presse improvisée en zone mixte pour partager son mal-être:  «Je suis triste pour un motif professionnel, c’est pour cela que je ne fête pas mes buts».

Une question de gros sous

Dans tous ses états depuis, le petit monde du madridisme se triture les méninges pour savoir ce qui contrarie son ailier portugais, auteur de 150 buts en 149 rencontres depuis son arrivée au club. Serait-ce à cause du trophée UEFA du meilleur joueur de l’année remis à Iniesta jeudi à Nyon? Non, juré craché, répond l’attaquant madrilène: «Ce qui s’est passé avec Iniesta n’a rien à voir. Je ne vais plus parler de cela et me concentrer uniquement sur mes matchs de sélection avec le Portugal. Des choses plus importantes». Cela aurait-il quelque chose à voir avec le fait que Ronaldo est très mal parti pour reprendre le Ballon d’or à Messi, comme pensait le deviner El Pais récemment? Non plus, si l’on en croit les confidences de la Cadena Ser.

Une offre du PSG?

Selon la première radio espagnol, Ronaldo aurait simplement réclamé à Florentino Pérez une petite augmentation supplémentaire qui lui aurait été refusée par le boss merengue la semaine dernière. Le Portugais, qui émarge à dix millions d’euros bruts par an, a vu son salaire largement amputé par la fin de la «Loi Beckham» qui permettait notamment aux footballeurs étrangers de ne payer que 24% d’impôt, contre 43% aujourd’hui. Un salaire inférieur à celui d’Ibra, de Drogba ou Eto’o, pour ne citer qu’eux. Le malaise  de «CR7» est d’autant plus perceptible que selon Rac 1, une autre radio espagnole, son agent Jorge Mendes aurait sur la table une offre du PSG dont on imagine aisément qu’elle ne fait pas de la partie financière un obstacle insurmontable. Offre à laquelle Ronaldo n’entend pas dire oui. A moins qu’on lui refuse ce petit coup de pouce salarial, bien entendu.