Rémi Vercoutre assure sa prise de balle face à Valenciennes, le 1er septembre 2012 à Lyon.
Rémi Vercoutre assure sa prise de balle face à Valenciennes, le 1er septembre 2012 à Lyon. - R.Pratta/SIPA

Propos recueillis à Lyon par Stéphane Marteau

Propulsé gardien titulaire de l'OL depuis le transfert d'Hugo Lloris à Tottenham, Rémy Vercoutre a évoqué son nouveau statut à l'issue de la victoire remportée samedi devant Valenciennes (3-2)

Comment avez-vous vécu cette soirée?
Si ce n'était que la soirée... Le problème, c'est que cela a été compliqué ces derniers jours. Je n'ai pas trop bien dormi, je ne savais pas trop à quelle sauce j'allais être mangé. J'étais un peu dans l'expectative. Depuis le début de la préparation, on avait pris le parti avec Joël Bats et Hugo de se préparer à toutes éventualités et à rester sur le qui vive, et lui, et moi, jusqu'au 31 août à minuit. Nous avons bien bossé et ce soir, j'ai juste fait parti d'un collectif qui a répondu présent.

Comment avez-vous vécu les adieux d'Hugo au public lyonnais juste avant le coup d'envoi de la rencontre?
Je n'ai pas vu ce qui s'est passé. J'étais dans mon match. Depuis hier soir, je savais que j'allais jouer, mais je ne savais pas ce qu'il en serait pour la suite de la saison. Je n'ai su que ce matin en me réveillant qu'Hugo avait signé en Angleterre parce que je me suis couché tôt.

Cela représente quoi d'être désormais le gardien titulaire de l'OL?
Beaucoup de plaisir. Maintenant, on va attendre tranquillement le 4 septembre à minuit (sourires). Mais tout le monde a été clair avec moi. J'ai senti beaucoup de réconfort de la part du président, de Bernard Lacombe, du coach et cela donne beaucoup de forces.

Que retiendrez-vous de ces quatre années passées au contact d'Hugo Lloris?
La performance sportive et l'homme sont à dissocier. Ce que je retiens, c'est qu'Hugo était vraiment quelqu'un de très humain, quelqu'un d'adoré dans le vestiaire et au club. C'est la raison pour laquelle il y a eu beaucoup d'émotions dans le vestiaire avant et après le match parce que c'était la dernière fois qu'on le voyait parmi nous. C'est quelqu'un qui a apporté beaucoup à notre championnat et encore plus à notre équipe parce que c'était un très grand gardien de but. Je pense qu'on s'en rendra compte encore plus cette saison. Quand il est arrivé de Nice, il m'avait fallu un ou deux entraînement pour savoir qu'il allait être très grand et ça n'a pas manqué.