Felipe Contepomi lors de la dernière victoire à l'extérieur du Stade Français, le 25 novembre 2011 à Perpignan.
Felipe Contepomi lors de la dernière victoire à l'extérieur du Stade Français, le 25 novembre 2011 à Perpignan. - P.RODRIGUEZ/SIPA

Julien Laloye

Une victoire à l’extérieur du Stade Français, cela arrive aussi souvent qu’un drop manqué de Johnny Wilkinson. La dernière fois, c’était en novembre dernier à Perpignan. Soit une éternité avant de se rendre à Grenoble vendredi soir, pour la 3e journée de Top 14. «L’an passé, l’équipe a rendu les armes hors de ses bases», avoue Richard Pool-Jones, le nouveau directeur sportif stadiste. «Cette saison, on ne retombera pas dans les mêmes travers.» Cela a pourtant mal commencé avec un revers logique à Bayonne (27-11), fruit de l’indiscipline chronique des joueurs parisiens quand ils sont loin de Charléty.

Oublier la saison dernière

«A l’extérieur, on sait que ça se joue là-dessus, acquiesce Felipe Contepomi, qui sera titulaire pour la première fois de la saison, à l’ouverture. On travaille pour le corriger». Bien sûr, la mission s’annonce périlleuse à Grenoble, qui voudra marquer le coup pour ses retrouvailles avec le Top 14 à Lesdiguières. Mais Hugo Bonneval a bien conscience que cette rencontre fait partie des déplacements les plus abordables de l’année, à condition d’être plus réalistes: «A Bayonne, on a eu six ballons à jouer en première main dans les 22 mètres adverses, il faut apprendre à être efficaces.»

Etre plus réalistes

Richard Pool-Jones, plus politiquement correct, préfère stigmatiser «un manque d’intelligence dans l’utilisation du ballon» pour parler des occasions gaspillées en route par ces joueurs. Le double champion de France avec le Stade Français promet néanmoins que l’impuissance de son équipe à l'extérieur ne sera plus un sujet si ses joueurs continuent avec le même état d’esprit: «Les retours à Orly Ouest avec 4 points dans nos bagages, c’est fini!» Défi lancé.