Revenant sur son combat contre le cancer des testicules, diagnostiqué en 1996, tout en se disant choyé par le destin, il a souligné que sans le soutien des médecins, il n'aurait pas pu rebondir: "Quoi qu'en disent les gens, je n'aurais pas pu gagner le Tour de France sept fois".
Revenant sur son combat contre le cancer des testicules, diagnostiqué en 1996, tout en se disant choyé par le destin, il a souligné que sans le soutien des médecins, il n'aurait pas pu rebondir: "Quoi qu'en disent les gens, je n'aurais pas pu gagner le Tour de France sept fois". - Rogerio Barbosa afp.com

avec AFP

Le coureur américain Lance Armstrong a assuré mercredi n'avoir «pas peur» du rapport d'enquête que doit remettre l'Agence antidopage américaine (Usada) à l'Union cycliste internationale (UCI), qui devra alors statuer sur l'annulation de ses victoires dans le Tour de France. «Non, non, je n'ai absolument pas peur» du document, a déclaré le sportif à l'AFP en terminant un jogging au milieu de dizaines de fans, dans le centre de Montréal. L'Usada a annulé vendredi l'ensemble de ses résultats depuis 1998, dont ses sept Grandes boucles, des sanctions qui doivent encore être validées par l'UCI. Le Texan se trouvait dans la métropole québécoise à l'occasion du Congrès mondial sur le cancer qui se tient jusqu'à jeudi.

Venu jeudi matin raconter à la tribune sa lutte contre le cancer des testicules déclaré en 1996, il avait déjà fait une allusion sans détour à sa radiation à vie du cyclisme professionnel décidée par le gendarme américain antidopage. «Mon nom est Lance Armstrong, je suis un survivant du cancer (...) Et oui, j'ai gagné sept fois le Tour de France!», a-t-il ainsi lancé, sous les rires et applaudissements nourris de l'assistance. «Et pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, je vous aime!», a-t-il ajouté.