Le Bordelais Ludovic Obraniak face à Rennes, le 19 août 2012
Le Bordelais Ludovic Obraniak face à Rennes, le 19 août 2012 - NICOLAS TUCAT / AFP

A Bordeaux, Romain Baheux

Son pied gauche avait nettoyé la lucarne de Bertrand Laquait contre Evian la semaine dernière. Cette fois-ci, Ludovic Obraniak a été moins spectaculaire pour tromper Benoît Costil. Avec deux buts et une passe décisive depuis le début du championnat, l’ex-Lillois a joué un rôle crucial dans le sans-faute des Girondins. «Paradoxalement, je n’ai pas fait une bonne préparation, nuance-t-il pourtant. Avec l’Euro, j’ai repris l’entraînement deux semaines après les autres, c’est toujours difficile à rattraper. Mais ça me réussit…»

Placé en meneur de jeu derrière Yoan Gouffran, l’international polonais s’est affirmé comme le leader technique de son équipe dans une rencontre plutôt apathique. «Il s’adapte à tous les postes, souligne son entraîneur Francis Gillot. Je l’ai placé derrière l’attaquant alors qu’il jouait plutôt à gauche quand on évoluait avec cinq défenseurs l’an dernier. Rennes alignait deux milieux défensifs. Mettre quelqu’un dans ce registre, ça crée des problèmes.»

«Une atmosphère familiale»

A l’instar des autres joueurs, Ludovic Obraniak a pioché physiquement à l’heure de jeu dans la fournaise de Chaban-Delmas. Victime d’une inflammation au pied droit la semaine dernière, le milieu a serré les dents pour inscrire le but victorieux à un quart d’heure du terme. Avant d’être remplacé sous les applaudissements nourris de l’enceinte girondine. «Je me sens bien dans cette atmosphère familiale, glisse le joueur, auteur de six buts et six passes décisives depuis son arrivée cet hiver. On me laisse des responsabilités dans le jeu, je prends du plaisir à jouer.»

«Son pied gauche est réglé, pourvu que ça dure», chambre son équipier Michaël Ciani. Bordeaux en aura bien besoin. Les Girondins ont certes bien entamé leur saison mais joueront leur avenir européen contre l’Etoile Rouge de Belgrade (23-30 août) et tenteront de défendre leur place de leader au Parc des Princes dimanche. Il sera alors temps de tirer un premier bilan.