Jérôme Rothen, la saison dernière lors du déplacement victorieux de Bastia dans le Nord-Pas-de-Calais, le 3 mars 2012 à Lens.
Jérôme Rothen, la saison dernière lors du déplacement victorieux de Bastia dans le Nord-Pas-de-Calais, le 3 mars 2012 à Lens. - B.Chibane/SIPA

Julien Laloye

Furiani a fêté son retour en L1 comme il se doit. Dans une ambiance de feu et avec une victoire arrachée au bout des arrêts de jeu face à Reims (2-1), sur un pointu désespéré d’Ilan. Le Brésilien forme avec Modeste, Maoulida et Rothen, le quatuor d’expérience qui permet à Bastia d’occuper la tête du championnat après deux journées. Quatre joueurs tous mis au placard par la L1 avant de rebondir en Corse.

Toifilou Maoulida, 33 ans: Ce dimanche Maoulida est toujours meilleur buteur de L1. Et même son 6e meilleur buteur encore en activité (67 réalisations). Pas mal pour un joueur souvent moqué par sa maladresse. Laissé libre par Lens après la relégation du club nordiste en 2011, Maoulida se dit prêt «à rebondir n’importe où en L1», mais aucune proposition n’afflue. Seul Bastia, champion de National, se renseigne. Le joueur dit banco et inscrit 13 buts, relancé comme Laslandes, Maurice ou Vairelles avant lui. «Ça fait plaisir de s'afficher avec un avant-centre comme Ibrahimovic» résume Maoulida à France Football. On ne saurait dire mieux.

Anthony Modeste, 24 ans: Il y a encore trois ans, Anthony Modeste faisait la pige à Olivier Giroud en L2. Depuis l’un est parti à Arsenal, l’autre n’a pas eu d’autre choix que de rejoindre Bastia, faute de mieux. «Je voulais jouer à Bordeaux (ndlr: il n’est que prêté par les Girondins) en rentrant mais j'ai eu une discussion avec le coach Francis Gillot qui était mitigée», racontait Modeste cette semaine sur RMC. Manière polie de dire que Bordeaux ne comptait pas du tout sur lui, après l’avoir déjà cédé à Blackburn l’an passé. L’ex-Angevin a choisi la Corse et n’a pas à le regretter, avec déjà deux buts et une passé décisive en deux matchs.

Jérôme Rothen, 34 ans: La renaissance de l’ex-monégasque est peut-être la plus surprenante du lot. Premier joueur ou presque à inaugurer le concept du loft au PSG, renvoyé comme un malpropre par les Rangers, quasiment ostracisé par le milieu après la parution de son autobiographie punitive, Rothen se dirigeait vers une fin de carrière joliment gâchée. Repêché par Bastia dans le scepticisme général, il obtient la récompense de meilleur joueur de L2. «Un signe fort pour ceux qui croient que je dois ma popularité aux médias ou que je suis un pestiféré dans le métier», lâche alors Rothen, qui a quelques beaux restes, si l’on en juge ce début de championnat.

Ilan, 32 ans: L’un des joueurs brésiliens les plus classieux de la dernière décennie est un peu caractériel, certes. Du genre à filer de Sochaux à l’anglaise quand le club perd des jeunes talents un à un ou à critiquer ouvertement la direction stéphanoise jusqu’à obtenir un bon de sortie l’hiver 2010. Cela n’explique pas pourquoi aucun président ne s’est manifesté pour se payer les services d’un attaquant aussi fin techniquement et aux qualités de buteur avérées encore l’an passé du côté d’Ajaccio (6 réalisations). Là aussi Bastia a flairé le bon coup. A court de condition physique, Ilan a déjà rapporté deux points à l’équipe de Frédéric Hantz samedi. Ça promet pour la suite.