Richard Gasquet lors de sa victoire en demi-finale face à John Isner, le 11 août 2012 à Toronto.
Richard Gasquet lors de sa victoire en demi-finale face à John Isner, le 11 août 2012 à Toronto. - N.DENETTE/SIPA

J.L

Et si c’était le déclic? Richard Gasquet, qu’on a vu habité comme jamais pour remporter la médaille de bronze en double avec Julien Benneteau aux Jeux de Londres, semble s’être décomplexé d’un seul coup à Wimbledon. Cette semaine au Canada, le 21e joueur mondial a marché sur ses adversaires un par un, de Tomas Berdych à John Isner en passant par Mardy Fish. Au point qu’une victoire dimanche dans la nuit en finale du Masters 1000 de Toronto face au Serbe Novak Djokovic serait presque envisageable. «Je suis heureux d'atteindre une nouvelle finale cette saison, je me sentais bien sur le court et j'ai bien joué. Je suis en forme et j'attends avec impatience de gravir une nouvelle marche» a déclaré le Français, déjà finaliste au Canada en 2006. A l’époque, il avait pris le premier set à Federer. Cette fois il faudra faire durer le plaisir un peu plus longtemps.