Tony Parker, le 31 juillet 2012, lors des Jeux Olympiques de Londres, contre l'Argentine.
Tony Parker, le 31 juillet 2012, lors des Jeux Olympiques de Londres, contre l'Argentine. - MARK RALSTON / AFP

B.V.

Le «black tuesday» de la délégation française est désormais derrière, il faut avancer. Dans la défaite, la déception, l’injustice. Ça tombe bien, dès la matinée, une grande chance de médaille s’offre aux Bleus avec la course de canoë de Mathieu Goubel, meilleur temps des demi-finales. Et le reste de la journée sera marqué par une double confrontation avec nos nouveaux meilleurs ennemis, les Espagnols. Sans oublier l’entrée en piste de Renaud Lavillenie à la perche. Ça promet.

La bataille du jour

France-Espagne. En hand d’abord (15h15) puis en basket (17h15). Si les Experts font office de favoris malgré leurs accrocs face à l’Islande en poule, les basketteurs arrivent eux avec le rôle d’outsider face à le dream-team ibère. Et aussi avec la rage au ventre, après la mascarade de match jouée par les coéquipiers de Pau Gasol face au Brésil pour éviter le tableau des Etats-Unis. A priori, les potes de Tony Parker l’ont mal pris. Il va falloir sortir la boite à gifles.

La question du jour

Lemaitre est-il dans le rythme? S’il a fait bonne impression en série du 200 mètres, le «TGV de Culloz» va cette fois-ci se mesurer aux meilleurs en demi-finale, ce soir. Et on aura une vraie idée de ce que le sprinteur français vaut vraiment face aux Bolt, Blake et autre Spearmon.

Trois raisons de suivre… le début du BMX

Parce que c’est un sport fou et impressionnant

Parce qu’on risque de voir de belles chutes

Parce que les Français sont bons

Le chiffre du jour

3. Les Français sont trois qualifiés pour les demi-finales du 110 mètres haies. Garfield Darien, Ladji Doucouré et Dimitri Bascou. Problème: tous les trois passés à l’arrache, aucun risque de voir la finale.

Le tweet du jour

Deuxième tweet pour Céline Dumerc, la meneuse de l’équipe de France de basket et accessoirement génie de son sport. Et elle a l’air plutôt heureuse.

 

Le programme des Français

C'est par ici