Julien Benneteau et Richard Gasquet saluent les frères Bryan, le 3 aoput 2012? à Londres.
Julien Benneteau et Richard Gasquet saluent les frères Bryan, le 3 aoput 2012? à Londres. - REUTERS/Adrees Latif

Antoine Maes

De notre envoyé spécial à Londres,

Quand on se programme une semaine à Londres, c’est rarement pour revenir bronzé. C’est pourtant bien l’objectif de Richard Gasquet et Julien Benneteau. Après un parcours sans faute jusque-là, la paire tricolore s’est fracassée contre les frères Bryan, vendredi, à Wimbledon, en demi-finale olympique (6-4, 6-4). «On va se battre à 200% pour ramener une médaille de bronze», assure Richard Gasquet.

Ce sera de toute façon beaucoup plus simple que contre les Américains. «Nous, on a fait une ou deux erreurs, et eux n’ont pas loupé un coup du match. Après, on ne va pas ressasser: ce n’est pas comme si notre niveau de jeu s’était écroulé», souffle Julien Benneteau. Au bout, il y avait pourtant la perspective d’une finale 100% française, la paire Llodra-Tsonga entrant en piste en fin d’après-midi contre les Espagnols Ferrer et Lopez.

Ca n’aura pas suffi à leur faire oublier la demi-finale olympique la plus anonyme depuis le début des JO. Sur le Court n°2, il y avait à peine 200 personnes en tribunes. Si Gasquet et Benneteau ont reçu le soutien de Jean Gachassin, Arnaud Di Pasquale ou Patrice Hagelauer, ils n'ont pas pu faire trembler les n°1 mondiaux du double. «Ils sont hallucinants», jure Richard Gasquet.  Et ils sont en finale.