Londres 2012: Gawain Vincent, le Français devenu pionnier du hand en Grande-Bretagne

0 contributions
Publié le 28 juillet 2012.

JO/HAND - La sélection britannique, adversaire des Bleus dimanche, a construit sa sélection en partant de rien...

De notre envoyé spécial à Londres,

Quand Nikola Karabatic commande un café au Club France, le serveur, confus s’empresse de lui demander quelle est sa discipline. Et lorsque la star des Bleus lui répond «handball», il faut voir l’incrédulité de son interlocuteur pour comprendre qu’en Grande-Bretagne, le hand est à peu près aussi populaire que le cricket peut l’être en France. Dimanche, il y aura pourtant bien une équipe du «Team GB» en face des hommes de Claude Onesta. «Tout le monde nous voit perdre par plus de 20 buts d’écart», se marre Gawain Vincent. A 22 ans, ce Français de mère anglaise a rejoint le projet le plus dément de ces Jeux: «Sporting Giants», où comment construire une équipe à partir de rien.

«Il y a eu des coupes budgétaires, et certains devaient trouver des petits boulots à côté, comme laver les toilettes» 

«Au départ, c’est mon coach qui a vu une annonce dans un journal. J’ai envoyé un CV, on m’a convoqué quasi-immédiatement avec les – de 21 ans», explique celui qui portera l’an prochain les couleurs de Bordeaux. Quand il débarque en sélection en 2008, le programme est déjà en route depuis quelques temps, mais il bat sérieusement de l’aile. «Au début, c’était centralisé au Danemark, mais au bout d’un moment, il y a eu des coupes budgétaires, et certains devaient trouver des petits boulots à côté, comme laver les toilettes, pour espérer rester. A force de galères, on s’est dispersés dans toute l’Europe», raconte Gawain Vincent. 

«Je vous rappelle qu’avant 1992, le hand en France, c’était tout petit» 

Ce n’est que depuis huit mois que cette drôle de troupe sait qu’elle va pouvoir se produire lors de «ses Jeux». C’était loin d’être gagné, d’autant que dans l’effectif «trois ou quatre joueurs n’avaient jamais joué au hand avant 2006», assure Gawain Vincent. Evidemment, une médaille britannique au hand est aussi probable qu’une victoire d’Elizabeth II au marathon. Mais aujourd’hui, les galériens sont surtout devenus les VRP d’un sport qui commence à se faire un nom Outre-Manche. «Il y a un essor important. Le hand a été introduit à l’école, le nombre de jeunes licenciés est multiplié par quatre tous les ans, assure Gawain Vincent. Je vous rappelle qu’avant 1992, le hand en France, c’était tout petit». Et 20 ans plus tard, c’est en tenant du titre que les descendants des Barjots attaquent les Jeux olympiques.

Suivez les Jeux Olympiques en live comme-à-la-maison

Antoine Maes

 

Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr