0 contributions
Publié le 16 juillet 2012.

Les équipes de badminton de France, d'Europe et même du Guatemala ont uni leurs forces afin de mieux se préparer avant d'aller affronter les nations asiatiques, reines de la discipline, aux jeux Olympiques de Londres.

A Aire-sur-la-Lys, près de Saint-Omer (nord), pour la France, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Irlande, la Bulgarie, l'Espagne et donc le Guatemala, l'union fait la force... contre l'Asie.

Ce continent domine outrageusement le badminton mondial, et dans la préparation des grands championnats, il faut trouver les bons alliés, quitte à les affronter aux Jeux de Londres dans quelques semaines.

"Ils (les organisateurs) font un geste incroyable, tout le monde est invité. Ce n'est pas l'argument premier, mais c'est quelque chose qui nous permet d'avoir une qualité d'opposition. Je n'aurais peut-être pas pu avoir tout le monde pour des questions de coût", confie Fabrice Vallet, directeur des équipes de France.

Le solide entraîneur jongle avec les langues dans l'immense salle du complexe sportif de cette ville du Nord. Les joueurs et les entraîneurs étrangers, il les connaît bien. Les dirigeants locaux aussi. C'est lui qui a fait le lien.

Douze mètres de hauteur sans obstacle, un équipement unique en France qui est sorti de terre en seulement 10 mois en janvier 2011, et qui a beaucoup impressionné les professionnels.

Les athlètes, eux, sont ravis. Ils profitent aussi de la salle de musculation et du kiné, présent en permanence. Et de l'accueil chaleureux des gens du Nord.

"Very nice French food!" (la nourriture française est excellente), s'enthousiasme l'Ecossaise Susan Egelstaff, qui représente le Royaume-Uni en simple dames.

"Quand j'ai vu qui était invité, j'étais vraiment heureuse de venir, parce que je savais que ce serait un bon entraînement. Un bien meilleur entraînement que celui que je pourrais avoir en Grande-Bretagne actuellement", reconnaît Susan Egelstaff, bien consciente de l'ironie de voir les Britanniques en France avant de retourner à la maison pour les Jeux.

Seul représentant de son pays, le Guatémaltèque Kevin Cordon se plaît également à Aire-sur-la-Lys, 10.000 habitants. "Je viens d'une petite ville, ça me rappelle un peu la vie que je mène au Guatemala", explique celui qui s'entraîne désormais en Espagne.

"Je pense que c'est le meilleur équipement que j'ai eu pendant ma préparation", confie le N.1 français Brice Leverdez.

Samedi dernier, les joueurs ont pu se confronter à un public, et à de vrais matches. "Pour Hongyang (Pi, la championne de France) et moi c'est pas mal, on a un public de Français, c'est sympa de voir des gens avant les Jeux", souligne le champion français.

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr