Le peloton du Tour de France le 11 juiillet 2012, lors de la 10e étape.
Le peloton du Tour de France le 11 juiillet 2012, lors de la 10e étape. - LIONEL BONAVENTURE / AFP

Antoine Maes

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.


Le point sur les maillots

Maillot jaune: Bradley Wiggins

Maillot vert: Peter Sagan

Maillot à pois: Fredrik Kessiakof

Maillot blanc: Tijay Van Garderen

Le parcours en vidéo

Le résumé anticipé 

Après l’étape pantagruélique de jeudi, le peloton s’est endormi le ventre alourdi de féculents jeudi soir. Moralité: tout le monde a la flemme vendredi matin. Tout le monde sauf ceux qui sont toujours bredouille, et qui n’ont eu le droit qu’à trois feuilles de salade à l’hôtel. Du coup, Vinokourov (Astana), Moinard (BMC), Karpets (Movistar), Gusev (Katusha) et Bouet (AG2R) balancent donc une attaque dès le  départ… fictif. Derrière, la Sky met deux secondes à faire ses calculs sur l’iPad intégré au tableau de bord de la Jaguar de Sean Yates: feu vert pour l’échappée. Au plus fort de la journée, nos baroudeurs comptent jusqu’à 25 minutes d’avance. Dans les rues d’Anonnay, Bouet et Moinard jouent un remake de l’opération Barbarossa et se paient le bloc de l’est. Manque de pot, ils s’envoient en l’air en plein virage quand le BMC croit reconnaître la femme de Cadel Evans dans le public. Les coureurs de l’Est reviennent à 2km de la ligne, mais Vinokourov place une énorme mine sous flamme rouge pour se finir en solitaire. A l’arrivée, le Kazakh conclut son interview au micro de Jean-René Godard d’un cinglant «Vino, c’est la classe». 

Le tweet

Parce qu’on beau s’en mettre plein la tête tous les jours sur la route du Tour, n’oublions jamais qu’à l’arrivée, on se fait tous des gros bisous en faisant la farandole. Bon ok, ce n’est que l’avis de Madame Cadel Evans.