Jo-Wilfried Tsonga, le 4 juillet 2012 à Wimbledon.
Jo-Wilfried Tsonga, le 4 juillet 2012 à Wimbledon.

S.B.

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

  • Les semaines passent et la pression change de camp. Sur le dos des Français lorsque les échanges pleuvent sur la terre battue parisienne de Roland Garros, le stress et l’appréhension sont des éléments qu’Andy Murray devra gérer ce vendredi, devant un public acquis à sa cause. Comme Joe Wilfried Tsonga, mais surtout comme son illustre ainé et ancienne gloire du Royaume-Uni Tim Henman, l’Ecossais n’a jamais disputé une finale à Wimbledon. L’occasion est belle donc, face à un Tsonga moins impressionnant que l’année passée, mais présent au rendez-vous. Le Français lui, a l’occasion de devenir le premier bleu finaliste à Londres depuis Cédric Pioline en 1997.

    Les aces de Tsonga, les amorties de Murray et l’intégralité de ce match entre deux types qui ont profité de la défaillance de Rafael Nadal sont à suivre en direct dès 16h.

    permalien