Les chocs attendus entre Roger Federer et Novak Djokovic d'un côté, Andy Murray et Jo-Wilfried Tsonga de l'autre seront bien à l'affiche des demi-finales de Wimbledon, mais les quatre cadors n'ont pas dépensé la même énergie mercredi pour se donner le droit d'y participer.
Les chocs attendus entre Roger Federer et Novak Djokovic d'un côté, Andy Murray et Jo-Wilfried Tsonga de l'autre seront bien à l'affiche des demi-finales de Wimbledon, mais les quatre cadors n'ont pas dépensé la même énergie mercredi pour se donner le droit d'y participer. - Leon Neal afp.com

© 2012 AFP

Les chocs attendus entre Roger Federer et Novak Djokovic d'un côté, Andy Murray et Jo-Wilfried Tsonga de l'autre seront bien à l'affiche des demi-finales de Wimbledon, mais les quatre cadors n'ont pas dépensé la même énergie mercredi pour se donner le droit d'y participer.

Comme prévu aussi, Murray a été celui qui a passé le plus de temps sur le court pour se débarrasser en quatre sets acharnés 6-7 (5/7), 7-6 (8/6), 6-4, 7-6 (7/4) de l'Espagnol David Ferrer : 3h 52 min.

Une éternité comparée à la promenade d'1h 32 min qui a suffi à Federer pour expédier l'une de ses victimes préférées, le Russe Mikhaïl Youzhny, en trois sets 6-1, 6-2, 6-2. Et aussi par rapport à la rapide démolition de l'Allemand Florian Mayer par Djokovic 6-4, 6-1, 6-4 en 1h 45 min.

Tsonga a pris lui la voie médiane en 2h 48 min pour battre un autre Allemand, Philipp Kohlschreiber 7-6 (7/5), 4-6, 7-6 (7/3), 6-2. Le Français aurait pu aller plus vite si son tennis avait été entaché de moins de fautes directes.

Il n'est pas certain que ces différences auront une grande importance vendredi car les quatre joueurs auront disposé d'une journée de repos grâce à une relative embellie climatique. Les averses ont encore interrompu les débats à plusieurs reprises mercredi, mais les quarts de finale ont pu s'achever dans les temps.

Le match entre Djokovic et Federer sera particulièrement intéressant, car il s'agira de leur premier affrontement sur gazon, après 26 éditions sur d'autres surfaces. Le Suisse mène 14 à 12, mais la dynamique est en faveur du Serbe, vainqueur de six des sept dernières confrontations.

Débarrassé des problèmes au dos qui l'avaient gêné au tour précédent, Federer a réussi une démonstration, une de plus, face à Youzhny, qui ne devait guère croire en ses chances après avoir perdu ses treize premiers duels contre l'ex-N.1 mondial - en ne lui prenant que trois sets au passage.

Devant William et Kate

Le champion helvète a su être sobre (13 fautes) et agressif en même temps (25 coups gagnants), devant le couple princier William et Kate, venu en visite à Wimbledon.

Djokovic, lui, a relativement mal commencé son match, en se faisant breaker le premier. Le Serbe a expliqué qu'il lui avait fallu un temps d'adaptation au soleil revenu (par intermittence) et au vent du court N.1 après avoir joué ses trois rencontres précédentes sous le toit fermé du Central à cause des intempéries.

Après ce démarrage laborieux, le tenant du titre a pris résolument les commandes dans l'échange (50 coups gagnants à 14), même si Mayer a encore eu l'occasion de revenir dans le coup dans le tout dernier jeu du match.

Ce sont les spectateurs du Central qui ont assisté aux meilleurs moments de tennis entre leur chouchou Murray et un Ferrer définitivement débarrassé de son ancienne allergie au gazon.

Les deux hommes se sont livré une rude bataille dans d'innombrables échanges longs et spectaculaires. L'Ecossais, chargé de la mission de mettre fin à 76 ans de disette pour son pays en Grand Chelem, s'en est sorti grâce à sa première balle de service (18 aces) et à sa capacité à hausser encore le ton dans les fins de set.

Il sera le favori de sa demi-finale contre Tsonga, qu'il a battu cinq fois en six rencontres.