Les sprinters jamaïcains Yohan Blake (à g.) et Usain Bolt (à dr.) lors des sélections jamaïcaines sur 100m, le 29 juin 2012.
Les sprinters jamaïcains Yohan Blake (à g.) et Usain Bolt (à dr.) lors des sélections jamaïcaines sur 100m, le 29 juin 2012. - G.Bellamy/REUTERS

S.B.

Et si l’élève avait déjà dépassé le maître? Deuxième meilleur performeur de l’histoire sur 200m (19’26), le Jamaïcain Yohan Blake semble plus que jamais en mesure de battre son conseiller de luxe. Théâtre d’une incroyable lutte, le stade de Kingston, qui accueillait les championnats de Jamaïque d’athlétisme, a vu l’avenir terrasser la légende à deux reprises, sur 100m et 200m. Une passation de pouvoir? 

Enfin battable?

Depuis son émergence il y a quelques années, Usain Bolt a, sauf exceptions, été le véritable bourreau du suspense qui régnait autrefois sur le monde du sprint. A quelques minutes du départ, le moment le plus stressant, pour le public comme pour les athlètes, la question n’était plus «qui va l’emporter?» mais «combien de temps va mettre Bolt à franchir la ligne d’arrivée?» Pour le plus grand bonheur des fans d’athlétisme, les Jeux olympiques de Londres seront ceux de la renaissance de l’incertitude. Car en s’inclinant une nouvelle fois face à Yohan Blake dimanche soir, sur 200m cette fois-ci, Usain Bolt a montré au monde qu’il n’était plus intouchable.

Objectif Jeux olympiques

 «Je suis un peu faible, explique-t-il. Mais il me reste quelques semaines pour me remettre en forme.» Avec Usain Bolt, rien n’a jamais été normal. Logique donc, de voir un type se remettre en question après avoir réalisé un 200m honnête en moins de vingt secondes, que beaucoup lui envieraient. L’avantage de prétendre au statut de légende vivante, comme le fait Bolt, c’est que même dans la défaite, la confiance demeure présente. «Je suis le champion olympique, donc je vais devoir prouver à tout le monde que je suis le meilleur», précise-t-il tranquillement.

De son côté, son entraîneur Glen Mills s’est contenté de confirmer la «méforme» de son poulain. Un poulain qui n’a plus que quelques semaines pour combler le retard de quelques centièmes qu’il compte sur son jeune concurrent. Pour dépasser le maître, Yohan Blake devra répondre présent le jour J. Un jour où Usain Bolt, en forme ou pas, saura se surpasser.