Noël le Graët, le président de la FFF, en discussion avec Laurent Blanc, le 14 juin 2012, à Kircha.
Noël le Graët, le président de la FFF, en discussion avec Laurent Blanc, le 14 juin 2012, à Kircha. - F.FIFE/AFP

R.S.

Rupture ou prolongation? Lorsqu’il quittera les bureaux de la FFF, jeudi, Laurent Blanc sera fixé sur son avenir à la tête de l’équipe de France. Cinq jours après la défaite des Bleus en quarts de finale de l’Euro, le «Président» a rendez-vous avec Noël Le Graët qui ne communiquera aucune information avant mardi, date du comité exécutif de la FFF.

Deux ans après avoir donné les clés du camion à Laurent Blanc, le président de la fédé pourrait lui proposer une prolongation de contrat de deux ans, dans la mesure où l’objectif fixé avant l’Euro a été atteint. Mais il n’est pas dit que Blanc poursuive l’aventure jusqu’à la Coupe du monde au Brésil. Selon Canal+, il dira stop, sauf improbable revirement.

Des contacts avec Tottenham

Le différend entre Blanc et Le Graët concernant sa non-prolongation de contrat avant l’Euro n’aurait pas aidé les deux hommes à trouver un accord. Blanc n’a pas apprécié d’être jugé uniquement en fonction de ses résultats à l’Euro. Le coût de son staff (22 personnes), jugé trop onéreux, constitue un autre point d’achoppement. Enfin, l’attitude de certains joueurs et les polémiques extra-sportives de cette fin d’Euro auraient également fatigué le sélectionneur.

En début de semaine, Le Monde annonçait des contacts entre Blanc et Tottenham, Didier Deschamps prenant la succession de l’ancien coach de Bordeaux. Car il y a aussi une Coupe du monde à préparer avant 2014.