Sergio Ramos tire son penalty face au Portugal, le 26 juin 2012
Sergio Ramos tire son penalty face au Portugal, le 26 juin 2012 - D.STAPLES/REUTERS

Bertrand Volpilhac, à Donetsk

«A 13h25, le penalty de Sergio Ramos devrait être aperçu au dessus du Cap Horn.» Deux mois après son échec lors de la séance des tirs aux buts de la demi-finale de Ligue des champions entre le Real Madrid et le Bayern Munich, le défenseur espagnol était encore victime sur Twitter de quelques vannes (plus ou moins) bien senties. Lui qui avait envoyé un missile deux mètres au-dessus de la barre et précipité l’élimination de son équipe a pourtant fait taire tout le monde, mercredi soir, en inscrivant une «Panenka» face au Portugal, ce petit ballon piqué en plein milieu du but.

«Un peu fou»

Un geste immense de sang-froid qu’il raconte en ce marrant, l’air un peu goguenard, forcément: «J’avais ce plan en tête. On n’est jamais sûr de comment le gardien va bouger mais j’étais sûr qu’il allait partir d’un côté. Après mon échec en Ligue des champions, tout le monde disait que je n’étais pas prêt à tirer un penalty à nouveau, à prendre cette responsabilité. Del Bosque me faisait confiance, il sait que je suis un peu fou. Alors je me suis dit que j’allais essayer à nouveau.»

>> Un match à revivre en live comme-à-la-maison par ici

Et pas n’importe comment. «Pirlo style». «C’est un peu à la mode de tirer les penaltys comme ça, explique son sélectionneur Vicente Del Bosque,  faisant bien sûr référence au milieu de l’Italie qui a inscrit le sien de la même manière face à l’Angleterre. Il savait que Rui Patricio allait partir sur un côté et c’est pour ça qu’il a décidé de faire comme Pirlo.» Et comme l’Italien, Sergio Ramos risque de rester un moment dans les mémoires avec ce coup de génie. Je suis content que puissiez vous souvenir de quelque chose comme ça, que ma famille ait ça aussi, conclut-il. L’important, c’est que les gens se souviennent que l’Espagne a gagné, a marqué l’Histoire.» Il reste encore à gagner dimanche soir pour s’en assurer totalement.