Athlétisme: derrière Lemaitre, les Français ambitieux déboulent aux Championnats d'Europe

0 contributions
Publié le 26 juin 2012.

HELSINKI - Un Euro s'éteint, un autre s'éveille: après l'élimination des Bleus en foot, l'équipe de France d'athlétisme veut relever les couleurs tricolores dans le sillage de Christophe Lemaitre, capitaine de route exemplaire, à partir de mercredi et jusqu'à dimanche à Helsinki.

"Nous n'avions pas fait d'Helsinki une étape obligatoire pour nos athlètes sur la route des jeux Olympiques de Londres, mais tous ceux qui n'étaient pas blessés ont souhaité venir", se réjouit le président de la Fédération française Bernard Amsalem.

"Cela montre bien l'osmose entre les équipes techniques et les athlètes. Et puis, à chaque fois que l'équipe de France (de foot) ne réussit pas, ça nous réussit", taquine même le président de la FFA.

Il y a deux ans, à l'Euro-2010 de Barcelone qui avait suivi le désastre footballistique de Knysna en Afrique du Sud, le sprinteur Christophe Lemaitre était passé du statut de train régional prometteur à celui de locomotive du sprint français: trois médailles d'or (100, 200 et 4x100 m) à lui seul, et une équipe de France qui, au final, allait récolter 18 breloques (8 or, 6 argent 4 bronze), nouveau record historique.

"Je ne pense pas qu'on dépassera Barcelone, qui était exceptionnel. Mais avant, nous faisions les bonnes années entre 12 et 15 médailles: la fourchette se situe là", précise M. Amsalem qui vise donc "un nombre de médailles à deux chiffres".

Lemaitre sera cette fois-ci la tête d'affiche du clan tricolore. Mais il ne pourra pas faire aussi bien qu'à Barcelone, puisqu'il a simplement décidé de s'aligner sur le 100 m et le 4x100 m.

Première pour FBE

"On ne voulait pas tripler et avoir à courir tous les jours. Je me souviens que j'avais terminé Barcelone lessivé", explique le sprinteur, invité d'honneur de la conférence de presse du rendez-vous, signe de sa nouvelle notoriété internationale.

Mais Lemaitre ne sera pas le seul atout français dans le stade olympique de la ville qui avait accueilli les JO de 1952.

Ces Championnats d'Europe seront ainsi l'occasion de voir à l'oeuvre la triple sauteuse Françoise Mbango Etone, double championne olympique en titre sous les couleurs camerounaises. Devenue Française depuis, elle disputera sa première compétition internationale sous le drapeau tricolore.

"L'objectif est d'arriver en finale et de faire les minima pour Londres", explique celle à qui il manque simplement trois centimètres cette saison (14,27 m pour 14,30 m qualificatif) pour se qualifier pour les Jeux.

Le perchiste Renaud Lavillenie va lui s'offrir un joli duel avec l'Allemand Malte Mohr, son principal adversaire actuel dans l'optique des Jeux. Or, Mohr vient de ravir à Lavillenie la meilleure performance de l'année pour un petit centimètre (5,91 m contre 5,90 m)...

Chez les dames, Vanessa Boslak espère elle "ne pas sortir frustrée de son concours", après plusieurs semaines difficiles où elle a dû lutter contre un virus tenace et des douleurs gastriques.

Sur 3000 m steeple, Mahiédine Mékhissi-Benabbad se présentera en grand favori puisque les maîtres kenyans n'appartiennent pas au Vieux Continent.

Pierre-Ambroise Bosse va lui vivre sur 800 m ses premiers grands frissons, ce qui ne l'empêche pas "de viser une médaille, et l'or puisqu'on est à peu près tous du même niveau en l'absence des meilleurs".

Enfin, Helsinki sera pour Christine Arron l'occasion d'un joli saut dans le temps puisque c'est dans ce même stade que la +Reine Christine+, aujourd'hui âgée de 38 ans, avait décroché en 2005 les seules médailles mondiales individuelles de sa carrière (bronze sur 100 et 200 m).

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr