L'attaquant espagnol Fernando Torres, le 23 juin 2012, à Donetsk.
L'attaquant espagnol Fernando Torres, le 23 juin 2012, à Donetsk. - AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

Bertrand Volpilhac

De notre envoyé spécial en Ukraine,

Quand ils entreront sur la pelouse de la Donbass Arena mercredi soir, les Portugais auront quasiment oublié de quelle couleur elle est. Cela fera très précisément six jours qu’ils ne l’auront pas foulée, et dans une compétition où l’on enchaîne habituellement au rythme d’un match tous les quatre jours, c’est beaucoup. En tout cas beaucoup plus que l’Espagne, qui bénéficie de deux jours de repos en moins que son adversaire en demi-finale.

«Nous avons eu plus de repos que la France» 

Mais n’en parlez pas à Andrès Iniesta, qui n’a pas prévu de se chercher d’excuse à une éventuelle défaite. «A ce niveau-là, le plus important est de jouer et pas de penser à ce genre de choses, estime le milieu du Barça. C’est une compétition, c’est comme ça. Contre la France par exemple, nous avons eu un jour de plus de repos. On ne doit pas réfléchir au fait qu’on est fatigués ou pas… Ca, on le verra à la fin de la compétition, ce n’est pas important d’en parler maintenant.» 

Son sélectionneur, Vicente Del Bosque, ne panique pas trop non plus à l’idée de jouer mercredi son cinquième match en 17 jours. Son équipe face au Portugal ne devrait pas d’ailleurs pas être trop différence de celle qui a dominé la France. Même si certains «sont fatigués à cause des voyages (les Espagnols sont basés et Pologne et ont joué leur quart et leur demi en Ukraine). Les changements de températures aussi, car il faut beaucoup plus chaud en Ukraine qu’en Pologne. Mais tout le monde est ok. Vous savez, nos joueurs sont très talentueux, très fort physiquement. Il n’y aura pas de problème à ce niveau-là.»