Basket: les JO de Londres passent par Ankara pour les Bleues

0 contributions
Publié le 26 juin 2012.

ANKARA - Les basketteuses françaises jouent leur qualification olympique à partir de mardi à Ankara lors d'un tournoi largement à leur portée à condition de répondre présent le jour J.

Douze ans après Sydney et leur unique participation à des jeux Olympiques, les Bleues aspirent à rejoindre, comme à l'époque, leurs collègues masculins déjà assurés d'en être depuis leur médaille d'argent à l'Euro-2011.

"Seulement" troisièmes de leur Championnat d'Europe, qu'il fallait gagner pour se qualifier directement, les coéquipières de Céline Dumerc sont obligées de passer par cette séance de rattrapage en Turquie.

Vu la qualité de l'équipe, au complet et confortée par une préparation impeccable (7 victoires en 7 matches), ainsi que la nature du TQO qui qualifie cinq équipes sur douze, l'objectif est largement dans leurs cordes.

"J'ai déjà commencé à chambrer Céline et je lui ai dit qu'elle avait intérêt à être là", soulignait Tony Parker avant d'être opéré à l'oeil gauche et d'être incertain pour les Jeux. "Pouvoir réunir le basket masculin et féminin à Londres serait génial", répond la concernée au moment de relever le défi.

Sauf énorme accident, tout se jouera vendredi lors des quarts de finale, dont les quatre vainqueurs valideront leur billet pour Londres. Les perdants auront droit à une séance de rattrapage sous forme de matches de classement, samedi et dimanche, dont le survivant arrachera le dernier ticket pour les Jeux.

Atteindre les quarts de finale ressemble à un minimum pour les Bleues, opposées mardi au Canada et mercredi au Mali, deux nations qui lui sont inférieures et dont il suffira d'en laisser une derrière elles.

"Pas d'états d'âme"

"Même si on l'a largement battu en préparation (66-41 le 16 juin), on a toujours eu du mal contre le Canada. Mais je pense qu'on passera le Mali", souligne le sélectionneur Pierre Vincent, qui a retrouvé avec plaisir ses filles après une saison compliquée sur le banc de l'Asvel.

En quarts de finale, la France devrait ensuite retrouver la Croatie ou la Corée du Sud, qui sont également à leur portée. "Oui, évidemment, mais ce sont deux équipes atypiques et mobiles qui n'auront rien à perdre et qui, lorsqu'elles sont adroites, deviennent très dangereuses", prévient Vincent.

"Quand j'entends les commentaires, j'ai l'impression qu'on a gagné avant d'avoir joué. Tout le monde parle de JO et d'une médaille mais la réalité n'est pas celle-là: aujourd'hui on n'est pas qualifiés", rappelle-t-il, extrêmement méfiant et refusant la moindre projection sur Londres.

"Pierre n'aime pas trop qu'on parle des Jeux. il insiste vraiment sur ce point et, du coup, on ne se voit pas plus belle qu'on ne l'est", assure Dumerc, qui ne peut toutefois pas s'empêcher de rêver à ces Jeux qu'elle a déjà ratés à deux reprises, en 2004 et 2008.

"On a conscience que les équipes qu'on va rencontrer ne vont rien nous donner. Mais si on joue notre meilleur basket, on peut être une très bonne équipe", ajoute la meneuse de jeu de Bourges.

"Quand on est bien, on peut aller toucher les meilleurs, abonde Pierre Vincent. Mais sincèrement je me fiche de la manière dont on se qualifie pour les Jeux. Je n'ai pas d'état d'âme, s'il faut qu'on fasse douze matches on les fera". En espérant que trois suffiront.

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr