Mario Balotelli marque sojn tir au but contre l'Angleterre, le 24 juin 2012, à Kiev.
Mario Balotelli marque sojn tir au but contre l'Angleterre, le 24 juin 2012, à Kiev. - REUTERS/Nigel Roddis

Avec Reuters

Cesare Prandelli a fait l'éloge de Mario Balotelli, qui a su garder ses nerfs dans un quart de finale frustrant pour l'Italie mais finalement remporté aux tirs au but face à l'Angleterre. Malgré ses bonnes intentions et de nombreuses occasions, l'Italie a été muette pendant 120 minutes et a dû attendre le bout de la nuit pour se qualifier pour les demi-finales de l'Euro.

«Tous les attaquants ont fait du très bon boulot ce soir. C'était difficile de se créer des occasions mais on y a mis tout notre cœur», a dit le sélectionneur italien après le match. «On avait des idées, on a voulu faire du petit jeu en triangle, garder le ballon haut sur le terrain.» «On a essayé de jouer au football, de les faire sortir mais ils ne voulaient pas. Ça aurait pu être spectaculaire si on avait marqué dans le temps réglementaire.»

Revivez Angleterre-Italie en live comme-à-la-maison

Mario Balotelli a eu plusieurs occasions, notamment en première période, mais il a réussi à faire abstraction de ces échecs au moment d'ouvrir la séance de tirs au but. «Mario est venu dire qu'il voulait frapper le premier», a expliqué Prandelli. «Cela montre qu'il a beaucoup de caractère. Je pense qu'il a été excellent», a-t-il ajouté avant de saluer la performance d'un autre joueur, le gardien Gianluigi BUffon, auteur d'un arrêt décisif durant l'exercice final.


«On peut compter sur lui. Tous les grands joueurs dans ces moments sont totalement concentrés sur ce qu'ils ont à faire techniquement, rien ne les perturbe, et Buffon a été à la hauteur», a dit le technicien italien. «Il sait qu'il peut faire basculer un match.» Cette séance de tirs au but a aussi permis à Andrea Pirlo, auteur d'une Panenka, de conclure avec sang-froid et brio une soirée en tous points réussie. «Il était très calme, en effet. C'est indiscutablement une star qui sait quoi faire et qui le fait», a salué Prandelli.