Le milieu de terrain de l'équipe de France, Samir Nasri, a eu un échange vif avec un journaliste de l'AFP, que le joueur a fini par insulter après l'élimination des Bleus en quarts de finale face à l'Espagne (2-0) samedi à Donetsk.
Le milieu de terrain de l'équipe de France, Samir Nasri, a eu un échange vif avec un journaliste de l'AFP, que le joueur a fini par insulter après l'élimination des Bleus en quarts de finale face à l'Espagne (2-0) samedi à Donetsk. - Franck Fife afp.com

© 2012 AFP

Le milieu de terrain de l'équipe de France, Samir Nasri, a eu un échange vif avec un journaliste de l'AFP, que le joueur a fini par insulter après l'élimination des Bleus en quarts de finale face à l'Espagne (2-0) samedi à Donetsk.

Environ une demi-heure après le coup de sifflet final, après un premier passage en zone mixte durant lequel Samir Nasri ne s'est pas exprimé, le joueur est repassé juste devant le journaliste de l'AFP.

Le reporter l'a interpellé, poliment, pour recueillir ses impressions et réactions sur le match.

Enervé et démonstratif le joueur de Manchester City s'est alors lancé dans une diatribe virulente contre la presse: "Non, de toute façon, vous cherchez toujours la merde, vous écrivez de la merde dans vos journaux".

Le journaliste l'a interrompu alors pour lui demander de ne pas faire d'amalgame, et lui rappeler qu'il avait accordé un entretien à l'AFP diffusé le 28 février et que, interrogé après la diffusion, il en avait apprécié le contenu.

Tout en marchant vers le couloir, le joueur a continué son laïus, se montrant de plus en plus virulent et agressif.

Pour couper court à l'échange, le journaliste a alors répliqué: "eh bien casse-toi alors si tu n'as rien à dire".

Quelques secondes plus tard, le joueur est revenu et a apostrophé le journaliste: "tu me dis de me casser ? Viens on va régler ça là-bas".

Le journaliste de l'AFP lui a répondu: "c'est ça".

Samir Nasri alors lui assène: "Va te faire enculer, va niquer ta mère, sale fils de pute. Tu veux qu'on s'explique, va te faire enculer. Voilà, comme ça vous pourrez écrire que je suis mal élevé", avant de quitter la zone mixte.