Laurent Blanc, lors de la défaite de l'Equipe de France 2-0 face à l'Espagne lors de l'Euro 2012, le 23 juin.
Laurent Blanc, lors de la défaite de l'Equipe de France 2-0 face à l'Espagne lors de l'Euro 2012, le 23 juin. - Y.HERMAN/REUTERS

Recueilli par Bertrand Volpilhac

La France s'est inclinée 2-0, samedi soir, et sort de l'Euro avec quelques regrets. Selon le sélectionneur, l'entame de match a pesé lourd.

Pourquoi avoir placé Debuchy milieu de terrain? 
Si on analyse la composition de l’équipe d’Espagne, sur leur côté gauche Alba et Iniesta dédouble en permanence. C’est rageant d’avoir pris le but de ce côté-là alors qu’on avait justement prévu de le bloquer.  Sur le seul centre d’Alba, Xabi Alonso est au deuxième poteau et il marque. On savait que ce côté était dangereux... 0-1 à la mi-temps, ce n’était pas une bonne chose, on voulait arriver à la pause à 0-0.

 

Quel était votre plan offensif? 
Leur côté gauche était performant, on pensait que le nôtre pouvait l’être aussi. On a eu deux ou trois opportunités mais par maladresse ou manque de justesse technique on n’a pas pu les mettre en difficulté. On savait qu’on allait avoir 35% à 40 % de possession et quelques occasions, on les a eues mais on n’avait pas prévu de prendre ce but. 

 

Avez-vous des regrets?

Il faut être réaliste, on n’est pas des rêveurs. Cette équipe, et je le dis sans honte, est meilleure que nous. Elle l'a encore prouvé, j’ai beaucoup de regrets car on a pris le premier but. Même s’ils dominaient, s’ils avaient la maitrise, je sais pour en avoir discuté avec eux qu’ils nous craignaient, notamment dans le domaine offensif. C’était très difficile de les mettre en danger.

 

Pensez-vous rester?
La déception est palpable pour le staff et les joueurs. Il faudra faire le point sur cet Euro, l’analyse. On va tout regarder, c’est un travail normal. Si on avait été qualifié, on l’aurait fait plus tard, je pense qu’il y aura des satisfactions et des déceptions. On va l’analyser avec du temps.