Eric Cantona à Valenciennes le 22 septembre 2011.
Eric Cantona à Valenciennes le 22 septembre 2011. - BAZIZ CHIBANE/SIPA

Stéphane Leblanc

Anticonformiste ? Eric Cantona l’assume. Et le fait savoir en présentant un documentaire, « Les Rebelles du foot », sorti mercredi en DVD, avant sa diffusion le 15 juillet sur Arte. Cinq portraits de footballeurs exemplaires, qui ont défendu des valeurs humanistes au péril de leur vie.

L’Ivoirien Didier Drogba qui appelle au cessez-le-feu en pleine guerre civile en 2004, le Chilien Carlos Caszely qui défie ouvertement le dictateur Augusto Pinochet en 1973, L’Algérien Rachid Mekhloufi qui quitte clandestinement Saint-Etienne en 1958 pour jouer sous les couleurs du FLN, Le Yougoslave Predrag Pasic qui crée une école de foot multi-ethnique dans le Sarajevo assiégé de 1992, ou le Brésilien Socrates qui transforme les matchs des Corinthians en meeting pour la démocratie pendant la dictature dans les années 1980. Cantona lui-même ne se compare pas avec ces héros. «Je n’ai jamais risqué ma vie ou celle de mes proches. Je n’ai jamais été torturé. Aurais-je eu le courage d’agir comme eux? Je n’en sais rien». Tout juste cite-t-il, devant une poignée de journalistes, son soutien au footballeur palestinien en grève de la faim, Mahmoud Sarsak. Il a lancé une pétition, «mais personne n’en parle, regrette-t-il». Et d’ajouter: «Thierry Roland, par contre, voilà ce qui intéresse les médias».

Surenchère sur le foot

Il sait qu’un footballeur peut servir de nobles causes, mais nuance: «On ne fait pas ce métier pour ça». De vrais rebelles aujourd’hui, Cantona n’en voit pas. A qui la faute, le foot bizness? « L’origine du mal vient de la médiatisation, s’exclame-t-il. S’il n’y avait pas cette surenchère sur le foot, les joueurs seraient moins payés, et par conséquent moins gâtés.» A propos de Samir Nasri, qui, en mettant le doigt sur la bouche, a intimé l’ordre aux journalistes de se taire: «C’est ça quand on ressent l’injustice. Mais il y a des critiques constructives qui peuvent pousser à se rebeller contre soi-même. Il aurait aussi pu leur dire merci.»