Les joueurs allemands, Lukas Podolski (à g.) et Mario Gomez lors d'un match de l'Euro contre les Pays-Bas, le 13 juin 2012 à kharkiv.
Les joueurs allemands, Lukas Podolski (à g.) et Mario Gomez lors d'un match de l'Euro contre les Pays-Bas, le 13 juin 2012 à kharkiv. - T.Bohlen/REUTERS

S.B pour le live

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

Allemagne 0-0 Grèce
  • 92eme: C'est fini! L'Allemagne dispose de la Grèce 4-2 et rejoint les demi-finales de l'Euro 2012. La Grèce quitte l'Euro et toutes les blagues sur l'économie sont désormais interdites. Bonne soirée.
    permalien
  • 91eme: Voila voila, vous allez pouvoir sortir boire (avec modération), et trinquer à la santé des Allemands.
    permalien
  • 89eme: Deux minutes de temps additionnel.
    permalien
  • 87e: Salpingidis transforme/
    permalien
  • 87eme: Il suffit que CJP parle de pénalty pour qu'une main de Boateng dans la surface soit sifflée..
    permalien
  • 86eme: On se fait chier, du coup CJP balance ses stats. Ouais, faut pas gacher les fiches, hein.
    permalien
  • 84eme: Les Allemands font tourner la balle. Le taureau est mort. On attend l'excecution.
    permalien
  • 82e: On va donc avoir un bon Allemagne / Angleterre ou Italie.
    permalien
  • 80eme: Özil y va de son festival, mais sa frappe est repoussée par le portier grec.
    permalien
  • 78eme: Alors les Grecs, vous êtes fatigués? Bah Tonton Low vous met Gotze et Gomez dans les pattes... Dur.
    permalien
  • 75e: Il est grand temps que ça s'arrête pour les Grecs.
    permalien
  • 74eme: Superbe mine de Reus ! A l'affut suite à un renvoi du gardien, le petit Marco envoie un missile dans le but vide. Superbe.
    permalien
  • 73eme: Ca y est, les supporteurs grecs font la gueule. Merkel a la banane, elle.
    permalien
  • 69e: Juste avant le but, Müller a remplacé Schurrle.
    permalien
  • 68e: Superbe détente jordanesque de Klose qui devance la sortie dégueue de Sifakis. But. Ca sent l'avalanche de but.
    permalien
  • 67e: Miro Klose frappe à son tour !
    permalien
  • 65ème: Bon, apparemment, dès qu'on dit un truc, il se passe le contraire. Scarlett Johansson n'entrera pas dans le bureau avant la fin du match.
    permalien
  • 63e: Perturbés pendants quelques minutes après l'égalisation grecque, les Allemands ont su relever la tête rapidement. Costaud.
    permalien
  • 62ème: Bien servi dans la surface par Boateng, Khedira balance une énorme saccorche de volée dans le but de Sifakis. Superbe.
    permalien
  • 61ème: QUEL BUT DE KHEDIRA.
    permalien
  • 60ème: Les Grecs se battent encore plus derrière. Ca sent de plus en plus le traquenard...
    permalien
  • 57ème: Douche froide pour les Allemands, qui ne semblent pas trop savoir quoi faire...
    permalien
  • 55ème: Sur un nouveau contre éclair, Samaras est bien servi au deuxième poteau et profite de la naïveté de Boateng pour égaliser...
    permalien
  • 55ème: Le but de Samaras...
    permalien
  • 54e: Klose trop collectif? Parti à la limite du hors-jeu, et bien lancé par Reus, Miro tente de rendre le ballon au futur joueur du Borussia Dortmund. Mario Gomez ne se serait pas emmerdé, hein.
    permalien
  • 52ème: Katsouranis chippe le ballon à Schweini et balance le ballon devant pour le premier bon contre grec. Malheureusement, Badstuber bloque Salpingidis.
    permalien
  • 51ème: "Ils vont mieux, les Grecs" balance Christian Jeanpierre. C'est vite dit, hein... Ils ont fait deux passes quoi.
    permalien
  • 49ème: A notre envoyé spécial en Pologne: ne fais pas le salaud, file un Rubix Cube à Neuer.
    permalien
  • 48ème: Superbe accélération de Klose qui laisse Lizarazu bouche bée. Bah ouais mec, après 30 piges, on n'est pas obligé de faire que du surf.
    permalien
  • 47ème: Devinez qui a la balle en ce début de mi-temps. A) L'Allemagne B) Robben C) les Grecs
    permalien
  • 46ème: C'est reparti ! Gekas a remplacé Ninis. Toujours pas de nouvelle des ambitions grecques, en revanche.
    permalien
  • 21h47: Vous êtes là, ou vous êtes partis vous bourrer la gueule? Nous on est là.
    permalien
  • 45+3: C'est la mi-temps! L'Allemagne mène 1-0, mais on ne vous promet pas que les Grecs sortiront en seconde période...
    permalien
  • 45+2: La patate de Schurrle! La tentative de l'Allemand meurt juste à côté du poteau grec...
    permalien
  • 45ème: Trois minutes de temps additionnel. Trois minutes de possession de balle pour les Allemands.
    permalien
  • 44ème: Bon bah apparemment, Schürrle est atteint du syndrome Arjen Robben, hein.
    permalien
  • 42ème: Allez, ça, c'est pour fêter le but de Lahm. http://www.youtube.com/watch?v=EhssHMyxQZo
    permalien
  • 41ème: Ben ils ont l'air cons maintenant, les Grecs. C'est le problème de la stratégie du "venez on fait des pénaltys".
    permalien
  • 39ème: Débordement, crochet intérieur, frappe lucarne opposée et gros coup de bambou sur le crâne des Grecs. Voilà.
    permalien
  • 38ème: ET VOILA, LE BUT DE LAHM!!
    permalien
  • 36ème: Beaucoup de frustration côté allemand. On ne va pas vous mentir, on est sur le scénario parfait pour une arnaque grecque.
    permalien
  • 35ème: La bonne frappe d'Özil, repoussée par un excellent Sifakis.
    permalien
  • 32ème: Le festival de Schürrle. Mais tel un Portugais sur un synthétique le dimanche, il cherche la lucarne opposée impossible pour faire de son action un moment inoubliable. En vain. Evidemment.
    permalien
  • 32ème: Première action sérieuse pour la Grèce. La tentative est captée en deux temps par Neuer.
    permalien
  • 31ème: Les commentateurs crient quand la Grèce a le ballon. La tristesse...
    permalien
  • 30ème: Pour Arsène Wenger, l'Allemagne "a un passé très lourd". Ouais Arsène, peut-être bien.
    permalien
  • 27ème: Superbe le faux pressing grec. Lassé de ne rien avoir à foutre, les attaquants grecs font semblant de courir après Philipp Lahm.
    permalien
  • 25ème: Et encore une occasion manquée pour l'Allemagne.. Cette fois ci, c'est Reus qui envoie sa demi-volée à côté.
    permalien
  • 24ème: Klose trop court! Sur un bon centre d'Ozil, l'attaquant de la Lazio est en retard de quelques centimètres..
    permalien
  • 22ème: LE RATE D'OZILLLLLLLLL! Magnifiquement décalé dans la surface par Reus, le frangin de Gollum est trop facile et claque un tout petit intérieur du pied. Le portier grec dégage en corner.
    permalien
  • 21ème: Bon bah ils ont gagné les Grecs, on se fait chier. Les Allemands ont la balle mais se heurtent à mille grecs dans la surface. Un remake de 300.
    permalien
  • 19ème: Samaras, c'est surtout un bon club de basket russe, en fait.
    permalien
  • 18ème: Vous connaissez Leetchi, le truc pour faire des cagnottes en ligne? Allez-y, on a crée un event pour que Samaras aille se couper les veuch'.
    permalien
  • 15ème: Les Grecs chauffent les Allemands. Khedira indique à son défenseur qu'il ferait mieux de la fermer. On serait lui, on marquerait deux buts avant de l'ouvrir.
    permalien
  • 14ème: Samaras est excité comme une puce. Il fait n'importe quoi, tacle tout ce qui bouge, et avec le sourire. Bah tiens, prend ton jaune.
    permalien
  • 13ème: Bon, bah apparemment, quand on est Grecs, on a le droit de tacler comme des oufs dans la surface sans rien risquer.
    permalien
  • 11ème: Pour faire des vannes sur l'économie, y a du monde. Par contre, pas une seule blague sur les kebabs. Sauce blanche / samouraï sans oignons, putain.
    permalien
  • 9ème: Les Grecs jouent en contre. Salpingidis doit se battre seul avec les défenseurs teutons pendant que Samaras décroche comme Nicolas Benzema.
    permalien
  • 7ème: Première frappe du match pour les Grecs, par l'intermédiaire de Makos. Makoté.
    permalien
  • 6ème: Belle teinture de Khedira. Une couleur que l'on appelera "marron japonais", puisque cette couleur est arborée par tous les fashion nippons. C'est peut-être pour ça que Samaras l'a taclé.
    permalien
  • 5ème: Les Allemands monopolisent le ballon, les Grecs ne foutent rien. On dirait des italiens du sud.
    permalien
  • 3ème: Bien lancé par Schweinsteiger, Schürrle marque, mais voit son but refusé pour une position de hors-jeu. C'était l'Espagne, c'était but.
    permalien
  • 2ème: Déjà une grosse action pour les Allemands et ce, malgré le sale coup de Samaras sur Khédira. Si c'était Cissé, il y avait fracture.
    permalien
  • 1ère: c'est OFFICIELLEMENT parti pour le Diplomatico.
    permalien
  • 1ère: Superbe, un fail de coup d'envoi à cause du décompte pourri.
    permalien
  • 20h44: En tous cas, on ne félicite pas le mec qui a composé la "musique de l'Euro". Une passe décisive pour les vieux qui disent que "la musique de jeune, c'est de la merde".
    permalien
  • 20h42: Fin de l'hymne allemand, c'est l'heure de se serrer les paluches.
    permalien
  • 20h41: Originaux, les supporteurs grecs sont coiffés d'un casque. On va leur envoyer Obélix.
    permalien
  • 20h41: Au concours de barbe, les Grecs gagnent haut la main. Seul Papadopoulos affiche la pilosité d'un Vietnamien. Pour le reste, on est sur du bon Père Noël.
    permalien
  • 20h40: Les joueurs entrent sur la pelouse. Ca va être l'heure des hymnes. Enfin, c'est plutôt l'heure de bouffer, d'ailleurs.
    permalien
  • 20h46: Donc Joachim Löw a parlé de "respect pour les Grecs" en conférence de presse, mais aligne Reus, Klose et Schurrle, en laissant Podolski et Gomez sur le banc. permalien
  • 20h35: Mesdames, messieurs, bonsoir. Que vous soyez footeux, prétendus économistes, ou simplement coincés dans un canapé avec vos amis bizarres qui aiment le ballon rond, ce soir n'est pas un soir comme les autres. Oui, ce soir, c'est Allemagne - Grèce, le deuxième quart de finale de l'Euro 2012. Ce soir, vous allez peut-être découvrir Marco Reus. Ce soir, Angela Merkel est bien sapée. Non, faut pas déconner quand même...
    permalien
  • A priori, l’Allemagne ne risque pas grand-chose dans ce «quart de finale de la dette», sauf à sous-estimer son adversaire. Les Grecs, jamais favoris mais toujours surprenants, on déjà prouvé qu’ils pouvaient aller au bout de la compétition, si personne ne les freine en chemin. En tant que demi-finaliste du dernier Mondial et vainqueur de tous ses matchs de qualification, l’Allemagne a forcément le profil idéal. Mais ses trois matchs de poule n’ont pas suscité un enthousiasme délirant, malgré un nouveau carton plein.

    «Une des clés du succès est la ligne directrice qu’on a définie une fois pour toutes entre le coach et nous. Celle-ci cimente l’unité du groupe», clame Bastian Schweinsteiger, le leader de vestiaire et de terrain de la Mannschaft. De leur côté, les Grecs joueront pour la première fois sans leur homme fort,  Girogios Karagounis, suspendu après un second carton jaune lors du dernier match de poule. Les Allemands ne s’en plaindront pas. Mais garderont en tête que le Grec est souvent indigeste.

    >> Un match à suivre et à commenter en live comme-à-la-maison dès 20h45 sur 20 Minutes. Et cette fois, la Grèce risque bien de sortir de la zone Euro…

    permalien