Equipe de France: Vite oublier la défaite contre la Suède et s'en relever

12 contributions
Publié le 20 juin 2012.

FOOTBALL - Les Bleus ont cherché à minimiser l'importance de leur déroute collective face à la Suède pour mieux se reconcentrer sur l'Espagne...

De notre envoyé spécial à Kiev (Ukraine)

Elle est terriblement paradoxale, cette défaite 0-2 de l’équipe de France face à la Suède. Pas seulement parce qu’elle qualifie les Bleus pour les quarts de finale, mais surtout parce qu’elle prend une dimension historique: d’un coup, les joueurs Français ont mis fin à la deuxième série d’invincibilité la plus longue de leur histoire (23 matchs) mais ont aussi renoué avec les quarts de finale d’une grande compétition pour la première fois depuis 2006. Alors forcément, avec un peu de recul, ce désastre technico-tactique a quand même, quand on cherche bien, un arrière-gout délicieux.

 

«Si on m’avait dit en 2010 que nous sérions qualifiés pour les quart de finale de l’Euro, j’aurai signé tout de suite», avance ainsi Laurent Blanc. Le sélectionneur des Bleus défend ici son bilan, qui est tout sauf mauvais. Oui, les Bleus n'ont pas fait le poids face aux Suédois mais «j’espère que ce n’est que l’histoire d’un match», enchaîne Hugo Lloris. «Ce qu’il faut retenir ce soir, c’est la qualification.»

 

Lloris: «On peut le faire, il faut y croire»

Voilà, l’objectif initial d’atteindre les quarts de finale «est atteint», comme le répètent à peu près tous les joueurs, comme pour oublier au plus vite cette soirée et passer à autre chose. Et surtout éviter de s’auto-flageller avant d’affronter le champion du monde et d’Europe en titre espagnol.

 

Karim Benzema: «Arriver sans avoir rien à perdre? Non. L’objectif c’est de gagner ce match-là et d’aller au bout. C’est une équipe favorite, l’une des meilleurs aux mondes, mais on est 11 joueurs, ils sont 11, à nous de bien nous battre et de penser à la demi».

 

Et puis finalement, peut-être que cette position d’«outsider nous enlèvera un petit peu de poids», relance Hugo Lloris, avant de tempérer: «Il faudra se lâcher, on est capable de prendre les espaces, de se retrouver devant le gardien en une ou deux passes. On a un grand match à jouer face aux espagnols, il va falloir se surpasser ensemble. Ce sera compliqué mais on peut le faire, il faut y croire.» La prestation face à la Suède ne nous y invite pas forcément, mais on ne demande que ça…

Bertrand Volpilhac

Les Bleus restent à Donetsk

 

Autre «bonne nouvelle» de la soirée pour l’équipe de France: en terminant deuxième de sa poule, l’équipe de France gagne le droit de jouer son quart de finale et sa demi à Donetsk, ville où elle réside. Ce qui va donc lui faire économiser de l’énergie lors des déplacements.

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr