Euro: un dernier petit effort pour les Bleus face à la Suède

0 contributions
Publié le 19 juin 2012.

KIEV - La France n'a plus qu'un petit effort à fournir et peut même se permettre de perdre par un but d'écart contre des Suédois déjà éliminés, mardi, pour obtenir sa qualification pour les quarts de finale de l'Euro-2012, son objectif minimal, et effacer la cicatrice de Knysna.

C'est donc une simple formalité qui est réclamée aux Bleus, en tête de leur poule avec 4 points en deux matches (à égalité avec l'Angleterre). Après une entame de tournoi quasi-parfaite (nul contre les Anglais 1-1, victoire face au co-organisateur ukrainien 2-0), il serait fort surprenant qu'ils échouent si près du but surtout contre un adversaire qui n'a plus rien à espérer.

La maîtrise technique et collective affichée depuis le début de la compétition constitue une garantie plus que solide pour les troupes de Laurent Blanc qui ont enfin vaincu le signe indien en remportant une rencontre en phase finale, effaçant les copies blanches de l'Euro-2008 et du Mondial-2010.

En franchissant le premier tour, les Bleus iraient encore plus loin et jetteraient aux oubliettes le fiasco moral et sportif de Knysna.

Le sélectionneur attend également ce moment avec impatience puisque la qualification pour les quarts de finale était la condition sine qua non imposée par le président de la Fédération française de football Noël Le Graët pour renouveler son contrat. Blanc n'est plus très loin de gagner son pari.

Pour que le tableau soit sans tache, le sélectionneur, qui vient de signer la 2e plus longue série d'invincibilité de l'histoire des Bleus (23 matches), se verrait bien boucler le groupe D à la première place. Cette position n'aurait rien de symbolique puisqu'elle éviterait à l'équipe de France de croiser le vainqueur de la poule C et un possible choc contre les champions du monde et d'Europe espagnols.

Remporter la poule offrirait de surcroît cinq jours de repos, soit un de plus que le 2e qualifié. Un avantage non négligeable dans une épreuve d'une telle densité.

Pas question dans ces conditions de ménager les cadres pour Laurent Blanc, qui devrait logiquement les solliciter pour cette mission. Le seul impératif pour le sélectionneur est la gestion des cartons jaunes. Parmi les trois joueurs déjà avertis (Ménez, Debuchy, Mexès), les deux premiers pourraient céder leurs places.

Modifier d'un coup la charnière centrale pour un rendez-vous décisif est en revanche un risque que le Président ne prendra peut-être pas, d'autant que la star suédoise Zlatan Ibrahimovic, buteur contre l'Ukraine, aura à coeur de terminer sur une bonne note et de jouer un sale tour aux Français pour ne pas rentrer au pays avec un zéro pointé.

Des changements sont aussi à prévoir dans le fameux "coeur du jeu" cher au sélectionneur. Mvila, remis de sa blessure à la cheville, est partant certain, d'autant que Blanc voudra sans doute reposer Yohan Cabaye, qui a ressenti une petite pointe sans gravité derrière une cuisse.

L'idéal serait de boucler la qualification très tôt, histoire de faire souffler les deux pièces maîtresses de l'équipe de France, Benzema et Ribéry, qui ont tant donné lors des deux premiers matches, et d'offrir un peu de temps de jeu aux doublures.

Ce serait un scénario impeccable pour terminer en beauté le premier tour et préparer des rendez-vous autrement plus périlleux.

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr