Le sélectionneur espagnol Vicente Del Bosque, le 16 juin 2012 à Gniewino.
Le sélectionneur espagnol Vicente Del Bosque, le 16 juin 2012 à Gniewino. - REUTERS/Juan Medina

Antoine Maes (avec Reuters)

Dimanche 17 juin

Smuda, le sélectionneur polonais, s’en va

«Je n'ai pas à démissionner, parce que mon contrat court jusqu'à la fin de l'Euro 2012», assure Franciszek Smuda. Tout de même, il y avait peu de chance de le voir rester après l’élimination de la Pologne dès la phase de poule. Après un nul contre les Grecs et un autre contre les Russes, les coéquipiers de Ludovic Obraniak se sont visiblement vus trop vite qualifiés. «Je n'arrive pas à expliquer le fait que les gars aient pu jouer un match comme s'ils étaient gonflés à bloc, et le suivant comme s'ils ne l'étaient plus. Nous devons avaler cette pilule amère. Nous étions trop confiants dans la possibilité de gagner contre les Tchèques», confirme Smuda. 

Santos trouve «difficile de donner des leçons à la Grèce»

Alors que les élections législatives ont lieu ce dimanche en Grèce,e t que l’équipe nationale s’est qualifiée pour les quarts de finale de l’Euro samedi, un vent d’euphorie a soufflé sur la sélection. Interrogé sur la chancelière allemande Angela Merkel, qui a demandé aux grecs de voter pour la discipline budgétaire, Fernando Santos, le sélectionneur hellène, est parti dans une tirade fantastique en conférence de presse d’après-match.  «Ce qui nous inspire, c'est l'Histoire de la Grèce, et ce respect de chacun pour la Grèce vient de là, de cette Histoire. La science, la démocratie, vient de la Grèce. Il sera difficile pour tout ça, cette grande Histoire, de donner des leçons à la Grèce». Prends ça, Angela. 

Revivez Pologne-République Tchèque et Grèce-Russie en live comme-à-la-maison

Del Bosque prolonge jusqu’en 2014

L’ambiance n’est pas vraiment la même chez les Espagnols. Vicente Del Bosque, le sélectionneur, a prolongé son contrat jusqu’en 2014 et le mondial brésilien, selon Marca. Fait incroyable vu de France, où l’avenir de Laurent Blanc est toujours en suspens, c’est bien le coach qui préférait attendre la fin de la compétition avant de se prononcer. Mais la fédération espagnole a fait le forcing pour conserver l’ancien entraîneur du Real Madrid aux commandes. Avec deux ans de plus à la baguette, Del Bosque deviendrait le sélectionneur ibérique ayant dirigé le plus souvent la Roja.