Bafétimbi Gomis pendant un match de Lyon en avril 2012.
Bafétimbi Gomis pendant un match de Lyon en avril 2012. - Benoit Tessier / Reuters

Avec Reuters

Vendredi après-midi, le parquet a ouvert une information judiciaire pour "viol par pluralité d'auteurs", requérant le placement sous contrôle judiciaire des deux hommes.

"Une information judiciaire a été ouverte pour viol par pluralité d'auteurs. Dans l'après-midi, ils ont été conduits au tribunal pour être présentés à un juge d'instruction. Pour l'instant, ils ne sont pas mis en examen. Ils peuvent être entendus comme témoins assistés", a déclaré une source judiciaire à l'AFP.

"Le placement sous contrôle judiciaire a été requis pour réguler les rapports entre les uns et les autres et éviter les pressions", a-t-elle ajouté, précisant qu'aucune interdiction liée à l'activité professionnelle des deux footballeurs n'avait été requise.

Interrogés depuis mercredi soir en garde à vue par les policiers de Lyon, les deux footballeurs contestent les accusations d'une femme de 38 ans qui a porté plainte.

La scène filmée avec un téléphone portable

La plaignante s'est présentée mercredi matin à la police de Lyon pour déposer plainte contre les deux hommes. Elle a dit avoir eu des relations sexuelles contraintes dans la nuit de mardi à mercredi avec les deux sportifs au domicile de Bafétimbi Gomis, au terme d'une soirée arrosée.

Elle ne parle pas de violences physiques mais de contrainte morale. Mercredi, une perquisition dans l'appartement lyonnais de Bafétimbi Gomis n'a pas apporté d'éléments éclairant l'enquête. La plaignante a été confrontée aux deux hommes à l'hôtel de police jeudi soir. Selon Radio France, la scène aurait été filmée avec le téléphone portable d'un des deux joueurs et les policiers sont en possession de l'enregistrement.

Bafétimbi Gomis et Yohan Benalouane se sont connus à l'AS Saint-Etienne, avant que le second ne parte au club italien de Cesena où il joue aujourd'hui. L'attaquant lyonnais, avant d'être placé en garde à vue, a écrit sur son compte Twitter: «Je vous informe que je démens formellement les accusations qui sont portées contre moi». L'Olympique lyonnais a déclaré mercredi «prendre acte de l'existence d'une enquête et suivre en parfaite synergie son évolution».