Guelzec et la coïncidence temporelle

0 contributions
Publié le 29 janvier 2014.

gym Le Nantais sera sélectionneur aux JO, quarante ans après son père et vingt ans après son frère

C'est un peu comme si le temps avait décidé de faire un clin d'oeil à la famille Guelzec. Georges, le père, gymnaste renommé, participe aux JO de Munich en 1972. Vingt ans plus tard, un de ses fils, Fabrice, s'aligne à ceux de Barcelone. Laurent, le cadet, suit les aventures de son frère à la télévision. « J'avais fait les JO par procuration », se souvient-il. En 1992, il a 21 ans. Sa carrière de gymnaste lui tourne le dos depuis déjà trois ans. Trois années durant lesquelles le Nantais a eu le temps de réaliser qu'il n'emprunterait jamais la voix tracée par Georges et Fabrice. « J'aurais bien voulu faire comme eux, avoue-t-il timidement. Je n'étais pas un mauvais gymnaste, mais je n'en étais pas un de haut niveau. Je n'avais pas un niveau exceptionnel. J'ai vite vu que je ne faisais pas partie des meilleurs. Je ne me voyais pas courir derrière un rêve impossible… »
A 18 ans, lucide, Laurent décide de privilégier les études. Staps de Rennes, maîtrise d'entraîneur. Laurent ne s'affranchit surtout pas de son amour pour la gymnastique. « Je voulais rester dans le giron. Il n'y a jamais eu de rupture avec ma passion. » Il grimpe alors les échelons dans l'encadrement national de la discipline. De la direction régionale jeunesse et sports d'Ile de France, il passe à la direction du pôle espoirs de Vernon. L'INSEP lui ouvre alors les portes. En 2009, la consécration. L'ex-pensionnaire du club La Nantaise est promu responsable de l'équipe de France seniors masculine en charge de la préparation olympique pour les Jeux de 2012… Laurent tient ses JO. Quarante ans après son père. Vingt après son frère.
Préoccupé par les blessures en cascade chez les Bleus (Thomas Bouhail notamment), Laurent préfère intérioriser sa joie, sa fierté. « La période est compliquée. Il y a beaucoup d'interrogations sur notre équipe. On a un peu l'impression d'avoir perdu avant même d'avoir participé à la compétition. » Dimanche soir, à l'issue des championnats de France, qui se tiennent tout le week-end à Nantes, c'est lui qui distribuera les billets pour Londres aux athlètes. En attendant, le sien est déjà composté.

David Phelippeau
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr