Euro: les Bleus à Kirsha comme à la maison

0 contributions
Publié le 7 juin 2012.

DONETSK (Ukraine) - L'équipe de France a pris mercredi ses quartiers dans son camp de base de Kirsha, l'ultra-moderne centre d'entraînement du Shakhtar Donetsk, et tous les joueurs ont loué jeudi le caractère "exceptionnel" des installations mises à leur disposition pour l'Euro-2O12.

Si l'immense complexe de 43 hectares, situé à une vingtaine de kilomètres de Donetsk, tranche avec le luxe et le clinquant du Pezula Resort de Knysna, les Bleus ont tout de même bien conscience d'être des privilégiés en ayant hérité de cet établissement "niveau 5 étoiles", selon Martin Kallen, responsable de l'organisation de l'Euro pour l'UEFA.

"Même si les joueurs ont l'habitude d'évoluer dans des centres très professionnels dans leurs clubs, ils sont unanimes pour dire que c'est du niveau de ce qu'ils connaissent en Angleterre et en Italie, a expliqué Laurent Blanc. Ce sont des conditions exceptionnelles, avec des terrains dans un état exceptionnel. On a fait ce choix pour ça, éviter beaucoup de voyages et mettre tous les atouts de notre côté au niveau de la récupération."

"On est là pour dormir"

Du côté des joueurs, c'est aussi l'émerveillement qui l'emporte.

"Le centre est super et on s'y sent bien", a affirmé le milieu Franck Ribéry.

"Les structures sont magnifiques, il n'y a rien à dire, a témoigné Mathieu Valbuena. Il y a plein de terrains, ce sont des billards. Les chambres sont moins luxueuses qu'à Knysna mais on est venu pour une compétition et ça m'est égal."

Ribéry a également osé une comparaison avec le faste du Pezula, qui fait désormais office de repoussoir après le pathétique épisode de la grève de l'entraînement au Mondial-2010.

"Les chambres ne sont pas extra mais ça nous suffit, a déclaré le joueur du Bayern Munich. On est là pour dormir. Ca fait penser à un centre de formation. Il y a aussi un endroit pour se relaxer. C'est bien d'être ensemble et de ne pas être éparpillé à droite et à gauche."

Tous ont aussi mis l'accent sur la possibilité qu'offre Kirsha de décompresser grâce à de vastes espaces détentes et de jeu. L'équipe de France a prévu d'y loger jusqu'au bout et quel que soit le lieu de ses matches à partir des quarts de finale.

Bras de fer

"C'est important de se retrouver pour jouer à autre chose, a estimé Jérémy Ménez. Ca permet créer des liens et de l'ambiance."

Seul hic: la distance séparant Kirsha du centre-ville de Donetsk et de la Chambre de commerce de la ville où se tiennent les conférence de presse des Bleus.

"Ca fait un peu loin, on a quand même mis 45-50 minutes pour venir", a maugrée Ribéry.

"Les routes, il faut les refaire ici", a même lâché Valbuena dans un cri du coeur.

La première prise de parole de Laurent Blanc en terre ukrainienne a aussi été l'occasion d'une petite mise au point, après le bras de fer qui l'a opposé au patron de la Fédération française de football Noël Le Graët au sujet du lieu de résidence des Bleus.

Le sélectionneur était au départ partisan d'une installation en Pologne, pays largement mieux pourvu en termes de capacité d'accueil pour les équipes participantes, avant que la volonté du Breton, scrupuleux garant des finances, ne finisse par l'emporter.

"J'en profite pour dire que ce n'est pas le président qui a imposé ce centre, a indiqué Blanc. C'est une bonne chose qu'on soit là mais on a aussi profité du désistement du Portugal parce que ce centre ne nous était pas attribué au départ. On a sauté sur l'occasion et on a bien fait. C'était unanime."

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr