Rodolphe Belmer, patron de Canal+, a fait part de son inquiétude à "long terme" face à l'arrivée de beIn Sport, la chaîne du groupe qatari Al-Jazeera, un acteur "potentiellement irrationnel économiquement".
Rodolphe Belmer, patron de Canal+, a fait part de son inquiétude à "long terme" face à l'arrivée de beIn Sport, la chaîne du groupe qatari Al-Jazeera, un acteur "potentiellement irrationnel économiquement". - Jacques Demarthon afp.com

© 2012 AFP

Rodolphe Belmer, patron de Canal+, a fait part de son inquiétude à «long terme» face à l'arrivée de beIn Sport, la chaîne du groupe qatari Al-Jazeera, un acteur «potentiellement irrationnel économiquement».

«Nous faisons une analyse d'inquiétude sur le long terme: on a un acteur - et je ne critique pas ça - qui ne semble pas mû par une logique économique, mais une logique de rayonnement culturel du Qatar», a souligné M. Belmer dans une interview à Libération mardi.

«Problématique à long terme»

«Le seul problème, c'est que nous sommes contraints par une logique économique. Pour investir dans les contenus, il faut qu'on gagne de l'argent. Et nous mettre en concurrence avec un acteur qui est potentiellement irrationnel économiquement, c'est problématique à long terme», a-t-il ajouté.

«Il faut créer un cadre qui fasse qu'on peut jouer à armes légales avec une concurrence qui se globalise», a proposé M. Belmer.

«Be IN sport ne devrait pas puiser dans le fonds d'abonnés de Canal+»

Pour autant, l'arrivée de beIn Sport, qui a été lancée vendredi, ne devrait pas affecter le parc d'abonnés de la chaîne cryptée, a assuré M. Belmer: «on ne pense pas qu'on va perdre d'abonnés. On va continuer à se développer sans être handicapé par cette concurrence».

Après BeIn Sport, Al-Jazeera va lancer le 28 juillet BeIn Sport 2. Les deux chaînes diffuseront au total 16 sports différents sur leurs grilles, où une large place sera laissée au football.