L'histoire mouvementée des confrontations entre Clermont et Toulon va connaître un nouvel épisode en demi-finale du Top 14 dimanche à Toulouse, entre une équipe auvergnate plus ambitieuse et mieux armée que jamais et le collectif pléthorique et imprévisible du RCT.
L'histoire mouvementée des confrontations entre Clermont et Toulon va connaître un nouvel épisode en demi-finale du Top 14 dimanche à Toulouse, entre une équipe auvergnate plus ambitieuse et mieux armée que jamais et le collectif pléthorique et imprévisible du RCT. - Thierry Zoccolan afp.com

© 2012 AFP

L'histoire mouvementée des confrontations entre Clermont et Toulon va connaître un nouvel épisode en demi-finale du Top 14 dimanche à Toulouse (16h15) entre une équipe auvergnate plus ambitieuse et mieux armée que jamais et le collectif pléthorique et imprévisible du RCT.

Le vainqueur de cette deuxième demie retrouvera en finale le Stade Toulousain, tombeur la veille du Castres Olympique (24-15).

Clermont-Toulon, acte II. Les deux équipes se retrouvent dimanche pour une place au Stade de France (9 juin), deux ans après l'épique demi-finale de Saint-Etienne qui avait vu les Clermontois, sur la route de leur premier sacre, écarter difficilement Toulon au terme des prolongations (35-29 a.p.).

Les confrontations entre les deux clubs sont souvent des rendez-vous marquants de la saison. C'est face à Clermont, le 26 août 2008, que le Toulon du si ambitieux président Mourad Boudjellal avait acté --par une victoire (22-16)-- son arrivée dans le Top 14.

Cette saison, deux ans après l'épisode stéphanois, le RCT a subi une humiliation dans son stade Mayol (17-0) puis une défaite serrée au stade Marcel-Michelin (25-19) que M. Boudjellal avait qualifiée de "sodomie arbitrale". Avec 130 jours d'interdiction de banc de touche et de vestiaires à la clé. Le terme de la sanction est fixé à dimanche.

"0% de chance de gagner"

Revenu de très loin lors de son match de barrage à domicile face au Racing-Métro (17-13), Toulon affiche profil bas non sans forcer le trait, esprit méditerranéen oblige. Le RCT, qui court après un titre de champion de France depuis 1992, a tout simplement "0% de chance de gagner", estime son président.

"Cela fait longtemps que je suis dans ce métier, on ne va pas tomber là-dedans. On veut faire une bonne performance. On n'a pas la pression du favori, on est juste exigeants avec nous-mêmes", lui a répondu samedi l'entraîneur néo-zélandais de Clermont, Vern Cotter.

L'étiquette du favori colle cependant au maillot des Clermontois, avec leur recrutement sans précédent à l'intersaison (Hines, Vosloo, Sivivatu, Byrne, King, Skrela, Kayser), leur belle campagne européenne achevée sur une défaite en demi-finale face aux futurs champions du Leinster et leurs trois semaines de préparation.

Pour débuter, Vern Cotter a accordé sa confiance à Jean-Marcellin Buttin, jeune et prometteur arrière qui a honoré sa première sélection avec le XV de France lors du dernier Tournoi des six nations et partira en tournée en Argentine. En première ligne, après un patient travail de remise sur pied, Thomas Domingo débutera la rencontre au terme d'une année marquée par une grave blessure à chaque genou.

L'opposition s'annonce des plus féroces avec l'impressionante équipe toulonnaise, sorte de constellation de stars en quête d'un vrai résultat, deux semaines après une nouvelle défaite en finale du Challenge européen face à Biarritz (21-18). Hors-sujet face au Racing-Métro, Jonny Wilkinson devrait tout de même être reconduit, bien entouré par une troisième ligne experte (Armitage, Fernandez Lobbe, Van Niekerk) et par le stratège australien Matt Giteau au centre. En première ligne, le Néo-Zélandais Carl Hayman est suspendu.