Le tennisman français Richard Gasquet, lors de sa victoire à Roland-Garros contre Tommy Haas, le 2 juin 2012.
Le tennisman français Richard Gasquet, lors de sa victoire à Roland-Garros contre Tommy Haas, le 2 juin 2012. - REUTERS

R.S.

Côté emballement médiatique et pression du public, le cas Richard Gasquet est unique dans le tennis français. Le Biterrois, qualifié pour les 8es de finale du tournoi après sa victoire face à Tommy Haas en quatre sets, n’a pas attendu d’avoir 25 ans pour sentir la pression autour de lui.

Avant d’entrer sur le court face à Murray, lundi, il ne devrait donc pas être perturbé: «Depuis que je suis né, on s’emballe autour de mes résultats. J'étais encore en poussette que les gens s'emballaient déjà. J’étais un génie, alors ça ne me dérange pas. Pas de souci, j’ai l’habitude.»

Vainqueur de son futur adversaire à Rome, il y a quelques jours, Gasquet a impressionné dans les trois derniers sets de son troisième tour contre Haas, à qui il a infligé les quatorze derniers jeux. Le Biterrois est donc le premier Français qualifié pour la deuxième semaine du tournoi. Mais à priori, cela ne le chamboule pas plus que ça.