Euro: Ukraine et Pologne répondent aux accusations de racisme

1 contribution
Publié le 29 mai 2012.

PARIS - L'Ukraine et la Pologne ont réagi mardi chacune à leur façon, la première montrant les dents, la seconde plus diplomatique, aux accusations de racisme autour du foot lancées dans une émission de la BBC avec l'ex-capitaine anglais Sol Campbell, à dix jours de l'Euro-2012.

La BBC a diffusé lundi dans son émission Panorama une interview dans laquelle l'ancien capitaine de l'équipe d'Angleterre de football, Sol Campbell, accusait l'Ukraine d'abriter de violents gangs néonazis qui ont déclaré la guerre à certaines minorités.

"Restez chez vous, regardez-le à la télévision!", a notamment déclaré Campbell en référence à l'Euro-2012 qui aura lieu du 8 juin au 1er juillet.

"Ne prenez surtout pas ce risque car vous pourriez revenir dans un cercueil!", a-t-il encore lancé.

La Pologne a choisi de répondre de façon diplomatique et pédagogique à Campbell. "Personnellement, je voudrais inviter Sol Campbell en Pologne, avec famille et amis. Cher Sol, vous êtes invités, venez vous sentir comme chez vous en Pologne, pour notre Euro-2012 commun. Venez nous voir tels que nous sommes réellement", a ainsi écrit mardi dans un communiqué Mikolaj Piotrowski, porte-parole de la Pologne en tant que pays hôte de l'Euro-2012.

"Le problème des pathologies dans les stades, telles que la xénophobie ou le racisme, c'est un problème spécifique de tous les pays d'Europe et non seulement de la Pologne", s'est encore défendu M. Piotrowski.

"Comme partout ailleurs en Europe, ce problème concerne une petite minorité de personnes présentes dans les stades. Malheureusement, une minorité bruyante et visible à travers les médias", a-t-il encore disséqué.

La police polonaise avait annoncé lundi l'arrestation dans plusieurs villes de 42 personnes, dont des hooligans, soupçonnées d'appartenir à des gangs criminels et de trafic de drogue."

Longtemps pointées du doigt pour leur inaction face au hooliganisme, les autorités polonaises avaient décidé de réagir après les violents affrontements entre supporteurs du Lech et du Legia lors de la finale de la Coupe de Pologne en mai 2011.

L'Ukraine s'est en revanche braquée. "Accuser l'Ukraine d'être fasciste et raciste, et le faire de la manière dont le font les médias britanniques, des footballeurs britanniques et des hommes politiques britanniques est tout simplement scandaleux", a ainsi déclaré le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Volochine.

Le ministère ukrainien a accusé l'Angleterre d'être responsable de l'emploi du terme "skinheads" et à l'origine de la plupart des récentes attaques sur ce thème, au lendemain de l'émission de la BBC.

M. Volochine reproche aussi aux médias britanniques de recourir à des stéréotypes sur l'Europe de l'Est de plus en plus répandus dans les pays d'Europe de l'Ouest.

"Ce n'est pas la première fois que des pays comme l'Ukraine, la Pologne, la Roumanie et la République tchèque sont accusés par l'Europe de l'Ouest de ne pas être en mesure d'établir des normes de respect pour les minorités ethniques, sexuelles et autres", a-t-il ajouté.

"Mais en ce qui concerne le racisme, une partie de l'Union européenne est loin devant l'Ukraine", a estimé M. Volochine.

"Nous n'avons pas de violences inter-ethniques dans nos rues -- comme cela s'est passé à Paris il y a quelques années ou à Londres l'an dernier", a-t-il encore accusé.

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr