Le voilier émirati Abu Dhabi, skippé par le double médaillé olympique (argent en 470 et Star) britannique Ian Walker, a mis le turbo dimanche au milieu de l'Atlantique, ayant retrouvé un vent qui faisait encore cruellement défaut aux Français de Groupama 4, toujours 4e.
Le voilier émirati Abu Dhabi, skippé par le double médaillé olympique (argent en 470 et Star) britannique Ian Walker, a mis le turbo dimanche au milieu de l'Atlantique, ayant retrouvé un vent qui faisait encore cruellement défaut aux Français de Groupama 4, toujours 4e. - Volvo Ocean Race afp.com

© 2012 AFP

Le voilier émirati Abu Dhabi, skippé par le double médaillé olympique (argent en 470 et Star) britannique Ian Walker, a mis le turbo dimanche au milieu de l'Atlantique, ayant retrouvé un vent qui faisait encore cruellement défaut aux Français de Groupama 4, toujours 4e.

Cette 7e étape de la Volvo Ocean Race ne ressemble décidément pas à ce que les six skippers avaient prévu au départ de Miami (Etats-Unis) pour Lisbonne, le 20 mai. La transat tranquille s'est transformée en véritable champ de mines et les pièges météo se sont multipliés, entraînant de multiples rebondissements.

La dernière chausse-trape en date, un anticyclone descendu de Terre-Neuve, a ralenti la flotte et bouleversé le classement. Abu Dhabi, un plan Farr considéré comme l'un des favoris au départ d'Alicante (Espagne) le 5 novembre mais accablé depuis par des avaries à répétition et des performances en dents de scie, caracolait dimanche soir (heure française) en tête de la flotte, marchant entre 3 et 5 noeuds plus vite (17,5) que ses adversaires.

Dans le sillage d'Abu Dhabi, Puma (USA/Ken Read) et Camper (NZL/Chris Nicholson) s'accrochaient tant bien que mal mais Groupama 4 (FRA/Franck Cammas) et Telefonica (ESP/Iker Martinez) -leader du classement général- étaient déjà à plus de 100 milles... L'addition commence à être lourde, même s'il reste encore quelque 1500 milles à courir jusqu'à l'embouchure du Tage.

En queue de peloton, Sanya (CHN/Mike Sanderson) tentait le tout pour le tout en partant au nord.

Du vent est cependant annoncé pour les heures qui viennent et, miracle, il devrait d'abord bénéficier aux retardataires.

"Le front devrait arriver dans la fin d'après-midi en touchant d'abord ceux de derrière, a déclaré Cammas dimanche. On devrait avoir un certain avantage puisque ceux de devant pourraient être bloqués en l'attendant".

"Ça fait plusieurs jours qu'on mange notre pain noir avec Telefonica, a-t-il ajouté. J'espère que le front va inverser ça, que ceux du peloton vont revenir. C'est ce qu'on voit sur certains routages".

Les premiers bateaux sont attendus à Lisbonne vers le 31 mai.

Positions à 18h00 heure française:

1. Abu Dhabi (UAE/Ian Walker) à 1650,8 milles de l'arrivée à Lisbonne2. Puma (USA/Ken Read) à 64,1 milles du premier3. Camper (NZL/Chris Nicholson) à 72,84. Groupama 4 (FRA/Franck Cammas) à 103,35. Telefonica (ESP/Iker Martinez) à 1066. Sanya (CHN/Mike Sanderson) à 130,2