Depuis son retour de blessure, De Melo est devenu indispensable au Losc.
Depuis son retour de blessure, De Melo est devenu indispensable au Losc. - m.libert / 20 minutes

françois launay

Pas sûr que Tulio De Melo soit un féru de mythologie. Pourtant, l'attaquant brésilien devrait se pencher sur la légende du phénix, cet oiseau légendaire qui renaît à chaque fois de ses cendres. Au Losc, on ne compte plus le nombre de fois où De Melo a été déclaré mort et enterré pour le foot. A force de fréquenter plus souvent l'infirmerie que les terrains de foot, le buteur traîne une réputation d'homme de cristal. Mais à chaque fois, le joueur de 27 ans est revenu plus fort. Grâce notamment à un mental d'acier.

« Je suis toujours positif »
« J'ai toujours estimé que le plus important était d'être fort dans sa tête. Le corps peut se soigner mais pour le reste, il faut s'accrocher. Et là, je me sens très bien », lâche De Melo qui, pour écarter la malédiction, s'est adjoint depuis peu les services un kiné personnel. Un bon choix, car depuis son retour d'une énième blessure (ischios) qui l'a éloigné quatre mois des terrains, il n'a jamais semblé aussi fort. En témoignent ses trois buts inscrits sur les deux derniers matchs. Sans compter une puissance physique et athlétique qui fait des dégâts dans les défenses adverses. Un retour en grâce qui change la donne. En fin de contrat en juin, De Melo commençait à imaginer son avenir loin du Losc. Sauf que sa forme actuelle a convaincu le club de lui proposer une prolongation de deux ans. Un retour en grâce qui n'étonne même pas le Brésilien. « Franchement, j'imaginais exactement une fin de saison comme ça. J'avais tout prévu. Je suis toujours positif. » Sans doute la force du phénix.