Le buteur montpelliérain Olivier Giroud, le 19 février 2012 au Parc des Princes contre le PSG.
Le buteur montpelliérain Olivier Giroud, le 19 février 2012 au Parc des Princes contre le PSG.

Christophe Castieau (A.P. pour live)

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

  • René Girard le martèle à l'envi : « tout va bien » à Montpellier. Si la fin du match contre Evian (2-2) et les événements qui ont suivi parlent d'une pression de plus en plus difficile à contenir, l'entraîneur du leader du championnat veut croire que rien n'a vraiment changé à trois matchs de la fin de la saison. « J'ai un groupe exceptionnel, dit-il, qui fait une saison exceptionnelle et qui a toujours répondu présent le moment voulu. » La venue de Younes Belhanda à Rennes, pourtant suspendu ce soir et probablement jusqu'à la fin de la saison, semble présager d'un retour à la normale dans les rangs montpelliérains.

    Garder ses distances avant Lille

    « Le moral est au beau fixe », assure Vitorino Hilton, dont l'expérience – tout comme celle de Dernis et de Pitau – est appelée à jouer un rôle majeur dans les jours à venir. A commencer par ce déplacement périlleux à Rennes dont les Montpelliérains aimeraient revenir en leader. « C'est une équipe toujours capable d'embêter les meilleurs, prévient Girard, à voir si elle sera ou pas dans un bon jour », poursuit-il, au sujet d'une formation toujours en course pour l'Europe, mais dont la régularité n'est pas la principale qualité.

    Montpellier sait qu'une victoire serait le meilleur moyen de redevenir le favori indiscutable qu'il était il y a moins d'une semaine. « Des trois candidats au titre, on est le seul à disposer de notre destin », note Hilton, parfaitement conscient que, à cinq jours de recevoir Lille, le MHSC doit garder ses distances.

    permalien