Carlo Ancelotti, l'entraîneur du PSG, le 21 mars 2012, au Parc des Princes.
Carlo Ancelotti, l'entraîneur du PSG, le 21 mars 2012, au Parc des Princes. - FRANCK FIFE / AFP

Au Parc des Princes, Antoine Maes

Il fallait bien que cela arrive. Après 17 matchs sans défaite à la tête du PSG, le talisman Carlo Ancelotti ne tient plus pour les Parisiens. La défaite contre l’OL (1-3), mercredi, en quart de finale de la Coupe de France, ne laisse plus que la L1 à l’appétit gargantuesque de Leonardo et consorts. «Ca ne change rien à l’idée qu’on se fait de nous et à notre concept de jeu», assure le directeur sportif brésilien, bien décidé à effacer cette défaite de sa mémoire: «c’est parti, ça n’existe plus».

En attendant, alors qu’il reste 10 matchs de championnat à croquer, ce revers ne peut pas être anodin. «Il ne faut oublier qu’on n’avait pas perdu depuis 17 matchs», insiste Blaise Matuidi. «La forme actuelle elle est bonne. On est tranquille», ajoute Leonardo.  «Parfois, on n’a pas la possibilité d’avoir la maîtrise totale sur un match. La Coupe était importante pour le club, mais le 1er objectif, ça reste le championnat», tempère Carlo Ancelotti.

Pour le remplir, les Parisiens doivent corriger ce qui peut encore l’être. «On doit avoir plus de confiance dans notre jeu», souffle l’Italien. Car une nouvelle fois, le PSG a complètement oublié de démarrer son match au coup d’envoi. «Ce n’était pas de la nervosité. Au contraire, on était trop tranquille», croit savoir Leonardo. «Ce serait bien qu’on commence les matchs à l’heure», renchérit Ancelotti. Le jour où ce sera fait, il n’y aura plus grand-chose à corriger.

Revivez PSG-Lyon en live comme-à-la-maison