Est-ce que tu prends tous les risques au monde avec un jeu tactique très offensif dès le début avec le risque de te faire prendre sur un contre? Ou est-ce que tu vas d'abord essayer de contrôler le match et prendre de plus en plus de risques au fur et à mesure?", s'interroge le sélectionneur Eric Gerets.
Est-ce que tu prends tous les risques au monde avec un jeu tactique très offensif dès le début avec le risque de te faire prendre sur un contre? Ou est-ce que tu vas d'abord essayer de contrôler le match et prendre de plus en plus de risques au fur et à mesure?", s'interroge le sélectionneur Eric Gerets. - Issouf Sanogo afp.com

© 2012 AFP

Le Maroc, un des favoris de la CAN-2012, doit éviter le syndrome sénégalais vendredi contre le pays hôte le Gabon qui cherchera à imiter son corganisateur équato-guinéen, alors que la Tunisie a toutes les cartes en main pour assurer sa qualification face au Niger.

"La Coupe commence à partir de demain (vendredi) entre guillemets", souligne le capitaine marocain Houssine Kharja, assurant que ses coéquipiers "se sont remis" de la défaite en ouverture contre la Tunisie (1-0).

"On veut se qualifier et ça passe pas une victoire mais on est conscient que ce ne sera pas facile", ajoute-t-il.

L'exemple du Sénégal, un des grands favoris de la compétition, qui est éliminé après sa défaite contre la Guinée équatoriale mercredi est dans tous les esprits. "On est en train de réfléchir. Est-ce que tu prends tous les risques au monde avec un jeu tactique très offensif dès le début avec le risque de te faire prendre sur un contre? Ou est-ce que tu vas d'abord essayer de contrôler le match et prendre de plus en plus de risques au fur et à mesure?", s'interroge le sélectionneur Eric Gerets, qui pourra sauf surprise compter sur un effectif complet à l'exception de l'attaquant Oussama As-Saidi.

A l'inverse, le Gabon, qui a commencé par une victoire face au Niger, veut surfer sur sa dynamique à l'image de son voisin équato-guinéen qui a déjoué tous les pronostics. Le sélectionneur Gernot Rohr, qui ne pourra une nouvelle fois pas compter sur Moise Brou Apanga (adducteur), affirme aborder avec "sérénité" la match contre le Maroc. "On a fait le premier pas, il en reste deux. Le plus dur est à venir car les deux équipes qui restent à jouer (Maroc et Tunisie) sont peut-être meilleures" que le Niger. Le coach qui a l'habitude de jongler entre un 4-3-3 et un 4-4-2 devrait opter pour la formule plus défensive face au Maroc.

Dans l'autre rencontre, la Tunisie part avec la faveur des pronostics après son succès face au Maroc. Les hommes de Sami Trabelsi auront cette fois-ci probablement la responsabilité du jeu face à un Niger, troublé par des rumeurs de divergence dans la gestion de l'équipe entre le sélectionneur Harouna Doula et le Français Rolland Courbis, intégré au staff avant la compétition.

Le défenseur Souleymane Mazadou croit encore au miracle: " Nous allons aborder la Tunisie avec beaucoup d'humilité, avec nos valeurs, beaucoup de solidarité et de discipline. Je pense qu'en se comportant ainsi, nous réaliserons un bon score. Nos chances de qualification, nous y croyons fermement. Nous ne sommes pas encore éliminés".