Frédéric Moncassin: «Si on dopait tout le monde, les résultats seraient les mêmes»

INTERVIEW Le directeur sportif de l'équipe Type 1 juge irresponsable de légaliser le dopage...

Propos recueillis par Romain Scotto

— 

Illustration dopage dans le cyclisme

Illustration dopage dans le cyclisme — Sipa

Ancien sprinter, désormais directeur sportif chez Type 1, Frédéric Moncassin ne comprend pas la logique de Yannick Noah quand il évoque une légalisation du dopage.

Pouvez-vous imaginer un cyclisme où le dopage serait légalisé comme l’évoque Yannick Noah?

C’est la misère. Nous en vélo, on lutte depuis très longtemps contre le dopage. C’est un combat. Légaliser le dopage, moi je suis contre à 150%. C’est inadmissible de nos jours. On sait bien que dans certains sports comme le foot, il n’y a pas eu de contrôles sanguins en Coupe du monde. Le vélo s’est battu, a souffert de ce fléau. Il fait tout pour lutter contre. Il faudrait légaliser le dopage pour être tranquille? Je trouve ça inadmissible. C’est irresponsable de sa part. Il a quand même un fils qui est sportif de haut niveau… 

Concrètement, qu’est ce que cela signifierait?

Je pense qu’au niveau résultat, on arriverait à la même chose. Exactement. Un champion est un champion. Certains ont gagné en trichant, mais beaucoup ont gagné parce qu’ils sont de grands champions. Moi j’ose espérer que certains champions ont eu leurs résultats sainement. Mais pour moi, si on dopait tout le monde, ce serait pareil. 

Il n’y aurait pas plus de spectacle?

Si on interdit le dopage, c’est que ce n’est pas bon pour la santé des athlètes. Faire le spectacle, c’est bien, mais il ne faut pas mettre sa santé en danger. Moi je dis que ces propos ne peuvent venir que de quelqu’un qui ne fait pas du vélo.  Et puis, j’ai été sportif. Quand vous gagnez des grandes courses sainement et que vous regardez des photos où vous êtes sur le podium, vous êtes vraiment fier de cette photo là. Ça ne doit pas être la même chose quand vous avez gagné en trichant. Ça doit être moins valorisant.

Au niveau sanitaire, cela pourrait permettre aux coureurs d’éviter les filières clandestines de produit dopants ou les accidents comme celui de Ricco avec ses poches de sang…

Ce serait pareil… Tous les coureurs prendraient certains produits. Mais certains essaieraient de prendre quelque chose en plus pour aller plus vite. Des conneries comme Ricco… la solution est bonne. Il s’est fait choper, il est radié on n’en parle plus terminé. Nous, on passe pour des voyous, mais on est exemplaires. Il faut voir la vie saine que l’on mène. On n’a pas de troisièmes mi-temps. Les coureurs doivent récupérer, s’entraîner et on le met rarement en avant ça. Les autres sports ont vraiment du boulot à faire pour arriver à notre niveau.

Mots-clés :