(FILES) This file photo taken on July 2, 2011 shows Italian Marco Simoncelli of Honda waving at the end of the MotoGP qualification practice of the Italian Grand Prix at Mugello track. Honda rider Marco Simoncelli has died of injuries sustained in a crash on October 23, 2011 that resulted in the cancellation of the Malaysian MotoGP, a race official said. AFP PHOTO / FILES / VINCENZO PINTO
(FILES) This file photo taken on July 2, 2011 shows Italian Marco Simoncelli of Honda waving at the end of the MotoGP qualification practice of the Italian Grand Prix at Mugello track. Honda rider Marco Simoncelli has died of injuries sustained in a crash on October 23, 2011 that resulted in the cancellation of the Malaysian MotoGP, a race official said. AFP PHOTO / FILES / VINCENZO PINTO - Vincenzo Pinto afp.com

© 2011 AFP

L'Américain Colin Edwards a indiqué mardi qu'il «ne pouvait rien faire» pour éviter l'Italien Marco Simoncelli, décédé dans un accident le 23 octobre lors du Grand Prix MotoGP de Malaisie. «Je me suis posé mille questions: que ce serait-il passé si j'avais fait cela, si j'avais réagi d'une autre façon? Aurais-je pu faire autrement? Mais j'ai revu les images de l'accident et j'ai trouvé tout de suite la réponse: je ne pouvait absolument rien faire pour éviter Marco», a-t-il dit dans une interview à la Gazzetta dello sport.

«Et Valentino (Rossi) ne pouvait rien faire non plus, comme moi», a-t-il ajouté à propos du champion italien, également concerné par l'accident. «C'est dur de perdre un ami, a expliqué Edwards. Nous avons perdu une étoile brillante. Marco était très aimé des supporters pour sa personnalité, son caractère, son charisme.» L'Italie a été très touchée par la mort de Simoncelli, qui occupe encore une grande place dans la presse quotidienne. Des milliers de personnes ont assisté à ses obsèques jeudi, dans sa ville natale de Coriano près de Rimini.