PSG-Lyon? Une affiche qui ferait saliver n’importe quel supporter qui se serait déjà mis en route pour le Parc des Princes. Sauf que cette belle affiche est un match de D1 féminine, et qu’elle va finalement se jouer à Créteil, dimanche, à 15 heures. Le Camp des Loges, terrain habituel de la section féminine, ne peut pas être utilisé: le match est retransmis sur France 4, et la chaîne y rencontrerait des problèmes de captation d’image. Un temps envisagé, la solution menant au Parc des Princes est vite tombée à l’eau.

Les trois niveaux du PSG

Bérangère Sapowicz, à la fois coordinatrice administrative du club parisien et gardienne de but, ne cache pas son dépit. «Au PSG, il y a trois niveaux. Le niveau haut, composé de Leonardo et des actionnaires. Le niveau du milieu avec les salariés et les gens qui représentent le club. Et au niveau bas, les coachs et les joueuses. Le «milieu» avait proposé qu’on joue au Parc. On était ravies, ça faisait un an qu’on attendait ça. Mais le «haut» a refusé», explique la joueuse.

«On essaie de convaincre les dirigeants du PSG de faire plus pour les filles. Il faut qu’elles jouent au Parc des Princes» explique Jean Vuillermoz, l’adjoint aux sports à la mairie de Paris.

Faire du Parc des Princes un stade à l'italienne

Mais Leonardo ne devrait pas changer d’avis. «Désormais il veut faire du Parc des Princes un stade à l’anglaise ou à l’italienne. Le stade appartient aux professionnels et ne reçoit que des matchs du PSG homme. Plus de match de gala ou de féminines», regrette la joueuse parisienne. Sollicité, le PSG n’a pas répondu à notre appel.

«Jouer à Créteil,  c’est comme jouer à l’extérieur»

En attendant, les Parisiennes (4es) vont affronter le leader de D1 sur un terrain qu’elles ne connaissent pas. «Jouer à Créteil,  c’est comme jouer à l’extérieur. On va se réunir beaucoup plus tôt, c’est toute une organisation à revoir, qui nous bouleverse profondément», se désole la gardienne du PSG. Mais il y a au moins des heureux dans cette histoire. «Le stade Dominique-Duvauchelle peut accueillir 12 050 spectateurs et c’est un honneur pour les Cristoliens de recevoir les footballeuses, dont certaines nous ont fait vibrer pendant la coupe du monde», confie Christian Valétudie, directeur du Parc des Sports de Créteil. «On les remercie infiniment de nous recevoir», répond Bérangère Sapowicz, qui n’est pas prête de faire pareil avec les actionnaires qataris.

Mots-clés :