Rugby: Craig Joubert n'a pas laissé les Français de glace

COUPE DU MONDE Si Marc Lièvremont a refusé de commenter la prestation de l'arbitre sud-africain, certains de ses joueurs ne s'en sont pas privés…

De notre envoyé spécial à Auckland, Alexandre Pedro

— 

Craig Joubert, de dos, l'arbitre de la finale de la Coupe du monde de rugby 2011, France vs Nouvelle-Zélande.

Craig Joubert, de dos, l'arbitre de la finale de la Coupe du monde de rugby 2011, France vs Nouvelle-Zélande. — Dita Alangkara/AP/SIPA

La discussion dure déjà depuis cinq minutes et Fabien Barcella meurt d’envie de lâcher le morceau. Alors il suffit d’une relance d’un journaliste pour que le pilier du XV de France craque: «Oui, on s’est fait voler par l’arbitre et pas qu’un peu.»  Dimitri Szarzewski prend moins de précautions. Le talonneur réserve sa première phrase à l’arbitre de cette finale Craig Joubert: « Ce soir, on a joué à seize contre quinze».  Et à l’entendre, le seizième All-Black était Sud-Africain ce dimanche à l’Eden Park d’Auckland lors de cette finale perdue 8-7 par l’équipe de France.

Interrogé par 20minutes, Joël Dumé, DTN de l’arbitrage français, ancien arbitre de Coupes du monde tempère les propos du talonneur. «Il faut se mettre à sa place. Il a dû gérer une terrible pression avant d’arbitrer cette finale. Il a rendu un arbitrage cohérent. On ne l’a pas entendu beaucoup siffler parce qu’il ne voulait pas  décider du score par ses coups de sifflet. Il a arbitré sans siffler. Seules les fautes claires et évidentes l’ont été à partir du score 8-7.»

 «Il a été beaucoup plus cool avec eux»

Maxime Memoz verse, lui, dans l’ironie désabusée: «La Nouvelle-Zélande est une équipe magique. Ils ne font jamais de fautes au sol. En mêlée, même s’ils reculent, ils ne sont jamais à la faute. Ils sont vraiment très forts», résume, amer, le trois-quarts centre.

Comme souvent en rugby, tout est affaire d’interprétation et surtout de cette zone plaqueurs-plaqués véritable triangle des Bermudes des fautes oubliées. Comme les Australiens en demi-finale, les Français estiment que Monsieur Joubert a gentiment laissé Richie McCaw et ses copains pourrir la libération des ballons au sol. «On savait qu’il (Craig Joubert) ne laissait rien passer. Il nous a rien laissé passer alors qu’il a été beaucoup plus cool avec eux», accuse Szarzewski. L’arbitre international français considère lui, qu’au sol, 1 ou 2 phases de jeu pourraient être discutées. « Quelques ballons ont été ralentis parce que les joueurs français faisaient du rucking, et poussaient les All Blacks à la contestation. Mais les fautes étaient partagées. »

 Lièvremont a tenu sa promesse

 Les Bleus méritaient-ils de récolter une pénalité au plus fort de leur domination dans les dernières minutes. Peut-être. Certains noirs ont flirté avec la ligne blanche, mais l’arbitre a décidé qu’ils étaient du bon côté de cette ligne. Maxime Mermoz ne joue pas les étonnés: «On savait très bien qu’il ne sifflerait jamais contre eux  à ce moment là.» Encore une fois, Joël Dumé relativise : « il ne faut pas se plaindre de cet arbitrage. Peut-être qu’à la vidéo, on verra des fautes, mais il ne faut pas oublier que lors de notre demi-finale contre Galles, ou il y a quatre ans contre les même All Blacks, l’arbitrage a été clément pour nous. Et on n’a rien dit. »

 D’une dignité remarquable dans la défaite, Marc Lièvremont refuse de suivre ses joueurs sur ce terrain.  «J'ai rencontré Craig Joubert il y a deux jours et je lui ai dit que je pensais qu'il était le meilleur arbitre du monde, explique le sélectionneur.  Je lui ai dit aussi qu'un homme pouvait se tromper. Je me suis engagé à quoi qu'il arrive ce soir, je ne critiquerai pas son arbitrage.» Il a tenu sa promesse. Pas sûr Monsieur Joubert ait tenu lui sa réputation de meilleur sifflé de la planète.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.