Exclu de l'équipe de France, Nicolas Anelka est rentré en Angleterre lundi 21 juin 2010
Exclu de l'équipe de France, Nicolas Anelka est rentré en Angleterre lundi 21 juin 2010 - AFP PHOTO/Frantzesco Kangaris

R.S.

Un an après, Nicolas Anelka est passé à autre chose. Le vestiaire de Polokwane, l’engueulade avec Domenech et les insultes à la mi-temps de France – Mexique sont loin derrière lui. Pourtant, comme il l’explique dans une interview au Parisien, Nicolas Anelka n’en veut pas à l’ex-sélectionneur des Bleus, qui, lui aussi, a tourné la page sud-africaine.

«Ce qui s’est passé dans le vestiaire à la mi-temps du match contre le Mexique, cela arrive dans tous les clubs ou équipes nationales, à tous les niveaux, dans tous les vestiaires. Il y a eu un désaccord tactique entre le coach et moi. C’est tout», analyse à froid l’attaquant de Chelsea.

Secret de vestiaire

En procès avec le quotidien L’Equipe qui a publié en Une les insultes supposées du joueur, Anelka concède tout juste avoir laissé échappé un mot déplacé ce jour-là. Il répète que les mots placardés en Une du journal ne sont pas ceux qu’il a prononcés dans le vestiaire. «Dans ce que j’ai dit ce soir-là, il y avait un seul mot à caractère insultant et personne ne sait si c’était envers le coach ou envers sa tactique. Ça restera dans le secret du vestiaire.»

Avec le recul, Nico n’en veut même pas à son ancien sélectionneur. «Même si c’est lui qui a parlé à L’Equipe, je ne lui en veux pas. Cela fait un an maintenant et c’est le passé. J’avais de très bons rapports avec lui et j’ai juste eu cet incident dans le vestiaire. Je sais malgré tout que c’est une bonne personne. On ne s’est juste pas entendu professionnellement sur ce tournoi.»

Qui sont les vraies racailles?

Pour le banni des Bleus, il y a aujourd’hui plusieurs affaires beaucoup plus graves que celle de Knysna. «Quand on voit des hauts représentants français être plongés dans des histoires d’agressions sexuelles ou de harcèlement, on se demande qui sont les racailles…» enchaîne-t-il. S'il n'a plus rien à reprocher à Domenech, le buteur des Blues n'a pas pardonné à tout le monde l'après Knysna.