La frappe de Karim Benzema fait mouche et permet au Real Madrid de repartir de Lyon avec un score favorable (1-1), le 22 février 2011.
La frappe de Karim Benzema fait mouche et permet au Real Madrid de repartir de Lyon avec un score favorable (1-1), le 22 février 2011. - REUTERS/Robert Pratta

A Lyon, Stéphane Marteau

«Un Real Madrid sans Karim Benzema, en regard de tout ce qu’il a apporté à l’OL, ne serait pas un vrai Real Madrid.» Jean-Michel Aulas espérait voir son ancien protégé fouler la pelouse de Gerland comme il l’avait confié sur le site de l’OL, quelques heures avant de défier le club madrilène. Le président lyonnais a été entendu et il doit peut-être regretter que José Mourinho ait finalement décidé de lancer Benzegoal à la place d’Adebayor peu après l’heure de jeu. Sur son premier ballon touché, à peine une minute après son entrée en jeu, le natif de Bron a fait mouche, au terme d’une magnifique action initiée par Ozil et relayée par Ronaldo (65e).

>> Un match à revivre en live comme-à-la-maison sur 20minutes.fr

Grâce à l’ancien lyonnais, le Real Madrid a donc mis fin à une incroyable série de trois défaites en terre rhodanienne et a ainsi pris une option sur la qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions avant le match retour prévu dans trois semaines à Bernabeu. Une rencontre que Michel Bastos ne pourra pas disputer. Sous le coup d’une suspension, le Brésilien, qui a par ailleurs souvent fait des mauvais choix hier soir, a récolté un nouveau carton jaune pour une faute commise sur Ozil.

>> les meilleures images de la Ligue des champions sur ici

Le but inscrit en fin de match par Bafétimbi Gomis (83e) permet néanmoins aux joueurs de Claude Puel d’entretenir l’espoir de réaliser un  nouvel exploit. Mais ils pourront regretter de ne pas avoir réussi à faire la différence durant la première période. Malgré une possession de balle largement à l’avantage des Merengue, les partenaires de Cris, sous l’impulsion d’un Delgado virevoltant, se sont procurés les meilleures occasions. Mais ils ont manqué d’efficacité, à l’image de Gomis qui n’a pas su profiter d’un ballon relâché par Casillas (34e) alors que la cage était grande ouverte. Mais ils peuvent aussi se dire qu’ils ne s’en sortent finalement pas trop mal et remercier les montants de Lloris qui ont repoussé un coup franc de Cristiano Ronaldo (49e) et une tête de Sergio Ramos (50e).