Sepp Blatter, le président de la Fifa, le 11 novembre dernier, à Zurich.
Sepp Blatter, le président de la Fifa, le 11 novembre dernier, à Zurich. - S.SCHMIDT/AP/SIPA

A.P.

Quand Sepp Blatter s’essaye à l’humour, le résultat est douteux. Interrogé sur la question de la répression de l’homosexualité au Qatar – passible de cinq ans de prison et de la flagellation – le président de la Fifa a cherché à dédramatiser la situation en vue de la Coupe du monde en 2022. «Je pense que les [supporters homosexuels] devraient juste s'abstenir de toute activité sexuelle», a-t-il répondu sur le ton de la boutade à une journaliste lors d’une conférence de presse.
 
Passé la (mauvaise) blague, Blatter a essayé de se montrer plus rassurant. ««D'ici à 2022, il n'y aura aucun problème, assure-t-il. Vous pouvez voir que le Moyen-Orient est en train de s'ouvrir à cette culture, c'est une autre culture parce que c'est une autre religion, mais dans le football, nous n'avons pas de frontières...» Lol?