Le président de la fédération française de football, Fernand Duchaussoy, le 23 juillet 2010.
Le président de la fédération française de football, Fernand Duchaussoy, le 23 juillet 2010. - B.Langlois/AFP

A.P.

Il n’est «que» président intérimaire de la Fédération française de football mais fait déjà l’objet d’une fronde. Critiqué pour son autoritarisme par Bernard Desumer (trésorier de la FFF), Duchaussoy a répondu en citant un ancien président… de la République. «Pour paraphraser de Gaulle, je ne vais devenir dictateur de la FFF à 67 ans», tient-il à rassurer dans un entretien au Parisien.

Plus sérieusement, Fernand Duchaussoy dit mal vivre ces critiques internes. «On a cherché à me mettre en difficulté, déplore-t-il. Honnêtement, j’en ai énormément souffert parce que je ne m’y attendais pas… Je pensais qu’une forme de consensus durerait jusqu’au 18 décembre et l’assemblée fédérale, un rendez-vous incontournable. J’ai très mal pris cette attaque frontale et violente.»